Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

INFOGRAPHIE - Coronavirus : Bouches-du-Rhône vs Paris, que disent les chiffres ?

Les nouvelles mesures sanitaires concernant les Bouches-du-Rhône annoncées mercredi par Olivier Véran ministre de la Santé sont vécues comme "un affront" par les Marseillais. Le premier adjoint de Marseille estime que la situation y est meilleure qu'à Paris. Que disent les chiffres ?

Un homme marche masqué sur le Vieux-port de Marseille
Un homme marche masqué sur le Vieux-port de Marseille © AFP - NICOLAS TUCAT

La tentative de faire un remake de PSG-OM version coronavirus pourrait faire sourire si la situation n'était pas aussi préoccupante. Au lendemain des nouvelles mesures sanitaires dans les Bouches-du-Rhône annoncées par le ministre de la Santé Olivier Véran, les Marseillais ne cachent pas leur colère. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La métropole d'Aix-Marseille, tout comme la Guadeloupe, a été classée en zone d'alerte maximale face à l'épidémie de coronavirus, le niveau maximal. Conséquence : dès samedi, les bars et les restaurants seront fermés, ainsi que les établissements recevant du public (excepté théâtres, cinémas et musées). 

Une décision qui a ulcéré Benoît Payan, premier adjoint à la mairie de Marseille, qui voit dans ces mesures "un affront" pour les Marseillais. Selon lui, la situation sanitaire y est plus favorable qu'à Paris, classée en zone d'alerte renforcée, le niveau en-dessous de celui de Marseille. 

Que disent les derniers indicateurs de la circulation des virus ? 

Sur de nombreux points, la situation est moins bonne dans les Bouches-du-Rhône qu'à Paris

Exemple avec le nombre de personnes hospitalisées à cause du Covid-19 pour 10.000 habitants au 23 septembre : 24,7 dans les Bouches-du-Rhône contre 14,5 à Paris

Autre exemple : le nombre de patients Covid-19 en réanimation pour 100.000 habitants s'élève au 23 septembre à 5,6 dans les Bouches-du-Rhône contre 3,9 dans la capitale. Depuis le 1er septembre, 205 patients ont été admis en réanimation dans les Bouches-du-Rhône, contre 131 à Paris.

D'autres chiffres font pencher la balance défavorablement pour Marseille et sa région. Comme le taux d'occupation des lits en réanimation : 31,5% dans les Bouches-du-Rhône contre 22,9% à Paris, ou encore le nombre de reproduction effectif du virus (nombre de personnes contaminées par un malade) est de 1 dans les Bouches-du-Rhône contre 0,92 à Paris. 

Marseille remporte deux manches 

C'est l'une des raisons de la colère des élus locaux, et notamment de Renaud Muselier, président LR de région Provence-Alpes-Côte d'Azur qui parle de "punition collective" décidée "de façon unilatérale". Selon lui, Marseille a atteint un "plateau" avec un taux d'incidence légèrement en baisse sur une semaine (de 228 à 193 pour 100.000 personnes) et un taux de positivité qui a aussi très légèrement reculé de 8,7% à 8,15%. 

La preuve, affirme Renaud Muselier, que "les mesures précédentes sont en train de produire leurs effets".

A Paris, le taux de positivité des tests PCR est lui en hausse et atteint 9,46% pour la semaine 38. Idem pour le taux d'incidence des tests PCR sur 7 jours, pour la période du 12 au 18 septembre qui est plus haut à Paris (216,9 pour 100.000 habitants) que dans les Bouches-du-Rhône (206,3 pour 100.000 habitants). Ces deux indicateurs sont d'ailleurs à un niveau plus bas que ceux de Paris depuis 15 jours dans les Bouches-du-Rhône.

Coronavirus : les chiffres dans les Bouches-du-Rhône et à Paris
Coronavirus : les chiffres dans les Bouches-du-Rhône et à Paris © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess