Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : dans les Ehpads, l'isolement des seniors, l'autre fléau

-
Par , France Bleu Paris

Les professionnels des établissements d'hébergements pour personnes âgées dépendantes s'inquiètent de la situation du coronavirus sur leurs résidents. Et notamment du manque de protection du personnel. Mais au-delà du covid-19, un autre problème risque de faire beaucoup plus de dégâts, l'isolement.

Dans certains Ehpads, l'isolement fera beaucoup plus de dégâts que le covid-19.
Dans certains Ehpads, l'isolement fera beaucoup plus de dégâts que le covid-19. © Maxppp - Nicolas Parent

Dans une lettre adressée au ministre de la Santé, Olivier Véran, certains Ehpads s'inquiètent de la situation du coronavirus chez les personnes âgées. Ils redoutent la mort de 100 000 personnes. "À titre personnel, je ne crains pas une hécatombe, des personnes âgées qui mourraient en grand nombre à cause du covid-19 parce que notre résidence, nos résidences sont confinées déjà dans un premier temps", explique Barbara Filhol, agente à l'Ehpad Les Lilas dans le Val-de-Marne.

"Cette surmortalité annoncée sera liée à l'isolement"

Pour elle, la surmortalité annoncée dans les établissements d'hébergements pour les personnes âgées n'est pas seulement liée à la pandémie. "Elle est liée à la décision du gouvernement qui est l'isolement. La moyenne d'âge en Ehpad est entre 87 et 92 ans. Quand on est en Ehpad, c'est qu'on a plusieurs pathologies généralement, qu'on souffre de handicap ou qu'on a Alzheimer aussi. Et ce qui va créer cette surmortalité, à mon sens, c'est essentiellement l'isolement", détaille Barbara Filhol.

Le seul lien qu'a le résident avec l'extérieur, ce sont les professionnels de santé maintenant - Barbara Filhol

Depuis le début de la pandémie, l'accès aux Ehpads et les visites des familles sont interdits. Toutes ces mesures ont été prises pour empêcher l'arrivée du covid-19 chez les seniors. "Le personnel arrive avec du matériel de protection, masques, etc. Et c'est très perturbant pour nos résidents parce qu'ils ne nous reconnaissent pas (...) je pense qu'il y aura plus une recrudescence de troubles cognitifs et plus d'agressivité chez les résidents parce qu'on leur a aussi brisé leur quotidien dans leur vie, ne pas recevoir les fleurs le dimanche, de ne pas sortir dans le parc accompagné d'un proche", renchérit Barbara Filhol.

Cet isolement-là aura des conséquences "Certaines personnes vont commencer à se décompenser", annonce Barbara Filhol. Depuis pluisieurs années, les Ehpads ont dû faire face à des épisodes difficiles à gérer, comme la canicule de 2003, la vague de gastro en 2005 "donc on sait gérer les situations crises", affirme l'agente de cet Ehpad dans le Val-de-Marne avant de conclure "mais nous manquons toujours de moyens humains et matériels".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu