Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : ce haut-viennois pourra-t-il retourner travailler en Chine ?

-
Par , France Bleu Limousin

Alors que 5 nouveaux cas de Coronavirus ont été identifiés en France ce samedi, le gouvernement a appelé les français à éviter tout voyage en Chine pour le moment. Certains, comme Clément Robbe originaire de Saint-Junien, hésitent pourtant à retourner sur place où ils vivent et travaillent.

Clément Robbe, originaire de Saint-Junien, est professeur de physique à Pekin. Il est rentré en Europe avec sa compagne au tout début de l'épidémie en janvier.. (photo d'illustration)
Clément Robbe, originaire de Saint-Junien, est professeur de physique à Pekin. Il est rentré en Europe avec sa compagne au tout début de l'épidémie en janvier.. (photo d'illustration) © Maxppp - 6PA-MAXPPP

Ils ont le sentiment d'être partis " à temps" de Pékin. Clément Robbe, originaire de Saint-Junien en Haute-Vienne enseigne la physique dans un institut franco-chinois de Pékin. Avec sa compagne, ils sont revenus en Europe à l'occasion des congés du Nouvel-An, le 17 janvier dernier. Quelques heures après leur retour en France, dans la famille du jeune homme, l'alerte est donnée en Chine, le pays officialise son premier cas de coronavirus. Depuis 34 500 personnes ont été infectées dans le pays, plus de 700 sont mortes. En France, ce samedi, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a confirmé cinq nouveaux cas, ce qui porte à onze au total, le nombre de personnes malades en France.  

On est en train de peser le pour et le contre en changeant d'avis trois fois par jour - Clément Robbe

Le Ministère des Affaires Etrangères a appelé, ce samedi, les français à éviter tout voyage en Chine sauf pour des raisons impératives

Désormais en Grande-Bretagne dans la famille de sa compagne, Clément Robbe et celle-ci s'interrogent, et hésitent à revenir en Chine où ils ont laissé bon nombre de leurs affaires ... et leur travail !  Le gouvernement chinois a prolongé les congés du Nouvel-An jusqu'au 20 février et dans l'école où Clément enseigne, des cours à distance vont être mis en place. Problème, " tous mes documents pour enseigner sont là-bas, je suis censé faire du travail à distance, mais sans documents c'est difficile !" explique le jeune homme.

Il y a pourtant un vol prévu mardi prochain, par une compagnie chinoise mais Clément Robbe l'avoue "On est en train de peser le pour et le contre, en changeant d'avis à peu près trois fois par jour !". 

Une hospitalisation dans un hôpital chinois ce n'est pas forcément ce dont on rêve à l'heure actuelle - Clément Robbe 

Éventuellement le couple aimerait faire un aller-retour sur place pour récupérer des affaires. Partis pour de simples vacances ils ont en effet laissés dans leur maison de Pékin leurs papiers, leurs documents pour travailler mais ils craignent qu'une fois arrivés ils ne puissent plus revenir en Europe, voir pire, que l'un d'eux attrape le coronavirus. " Evidemment, c'est le scénario le plus catastrophique parce qu'une hospitalisation dans un hôpital chinois ce n'est pas forcément ce dont on rêve à l'heure actuelle" confie le professeur de physique. 

Être un patient atteint de coronavirus en France, on sait que l'on serait bien traité, bien isolé - Clément Robbe

Ce n'est pas tant la différence entre la qualité des hôpitaux français et chinois qui l'inquiète mais la prise en charge. " C'est la différence entre un système qui doit être en crise en ce moment eut égard aux nombres de patients et à la paranoïa qui doit régner en Chine et un système français où être un patient atteint de coronavirus, on sait que l'on serait bien traité, bien isolé car la France a encore les moyens de faire ça comme le seuil d'épidémie n'est pas atteint." explique-t-il, quelque peu rassuré, toutefois, par ses collègues restés à Pékin, la capitale Chinoise où ne règne pas pour le moment un sentiment d'urgence ou de panique.

Le Coronavirus en cinq dates : 

  • Le 7 janvier 2020 : un nouveau type de coronavirus est identifié en Chine, le 2019 n-CoV.
  • Le 18 janvier 2020 : la Chine confirme un premier cas de coronavirus sur son sol. 
  • Le 23 janvier 2020 : Wuhan, ville épicentre de l'épidémie est confinée. Sa population est estimée à 11 millions de personnes. Deux jours plus tard, le 25 janvier 2020 c'est la quasi totalité de la province de Hubei qui est confinée à son tour, 56 millions de personnes y vivent.
  • Le 24 janvier 2020 : trois premiers cas de coronavirus sont identifiés en France. Trois autres cas suivront notamment un touriste chinois, sa fille, et un médecin. 
  • Le 8 février 2020 : cinq nouveaux cas sont identifiés, il s'agit de ressortissants britanniques ayant séjournés en Haute-Savoie, l'un d'entre eux revenait de Singapour. 
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu