Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : ce qu'il faut savoir sur les tests salivaires qui vont être déployés dans les écoles

-
Par , France Bleu Paris

Les tests salivaires seront déployés à grande échelle dans les écoles à partir de la rentrée des vacances d'hiver. Ils sont testés depuis ce jeudi matin dans quatre établissement, dont l'école Louise Bourgeois du XIIIe arrondissement de Paris. Voici ce qu'il faut en savoir.

Le gouvernement table sur 200.000 tests salivaires par semaine à partir de la rentrée.
Le gouvernement table sur 200.000 tests salivaires par semaine à partir de la rentrée. © Maxppp - Vincent VOEGTLIN

Top départ pour les tests salivaires grand public en France. Ce mercredi soir, la Haute autorité de santé française (HAS) a donné son feu vert à l'utilisation de ces tests à grande échelle. Ils ont commencé ce jeudi matin dans quatre établissements dont l'école Louise Bourgeois du XIIIe arrondissement de Paris. 

Qui cela concerne-t-il ? 

Les tests salivaires sont déjà possibles pour les personnes symptomatiques ou cas contact qui ne pourraient pas subir de test nasopharyngé. Il s'agit par exemple des personnes avec une déviation de la cloison nasale, des personnes lourdement handicapées ou avec de gros problèmes psychiatriques. 

A partir de la rentrée des vacances d'hiver, ces tests seront donc réalisés dans les établissements scolaires : écoles, collèges et lycées. Le gouvernement a pour objectif de dépasser les 200.000 tests par semaine.

Le gouvernement souhaite étendre ces tests salivaires à d’autres publics, et notamment à tout ceux qui doivent effectuer des tests à répétition, comme les soignants. Au début du mois de février, Olivier Véran avait aussi évoqué les universités.

Comment se déroule le test ?

Il suffit de cracher dans un tube que vous rebouchez, et hop, direction le laboratoire dans un délais de 5 heures maximum. Pour les plus petits, on peut aussi recueillir la salive avec une petite pipette. Attention, il ne faut ni boire, ni manger, ni fumer, ni se brosser les dents dans les 30 minutes avant le prélèvement : cela peut fausser le résultat de l'analyse. Il ne faut pas non plus mettre le prélèvement au réfrigérateur.

Le résultat arrivera, comme pour les tests nasopharyngés, en 12h à 24h, puisque c’est la même technique qui est utilisée, la technique RT-PCR.

Quels sont ses avantages ? 

Il s'agit d'une technique non invasive, donc beaucoup moins désagréable et plus facile à faire accepter, notamment aux les plus petits. Par ailleurs, "c'est une technique que l'on peut faire à domicile, depuis chez soi, indique Cédric Carbonneil, chef du Service d'évaluation des actes professionnels à la Haute autorité de Santé sur franceinfo. Il vous suffira d'aller chercher le matériel nécessaire à l'auto-prélèvement au sein d'un laboratoire de biologie médicale".

Est-ce que les test salivaires sont aussi efficaces que les tests nasopharyngés ?

Pas tout à fait non : selon une analyse de la Haute autorité de santé, la sensibilité des tests salivaires chute de 3 à 13% par rapport aux tests nasopharyngés. La HAS estime que c'est un taux de performance satisfaisant, mais c'est bien pour cela que ces tests ne remplaceront pas les anciens, ils viennent simplement les compléter. Ce mercredi, près d’une centaine d’établissements scolaires étaient fermés en France à cause du coronavirus.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess