Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : ce que l'on sait du ralentissement annoncé dans la livraison du vaccin Pfizer

-
Par , France Bleu

Les livraisons du vaccin Pfizer contre le coronavirus vont ralentir fin janvier-début février, annonce le laboratoire américain, ce vendredi 15 janvier. Mais les doses promises au 1er trimestre seront livrées comme prévu, d'après la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Une fiole du vaccin Pfizer contre le Covid-19.
Une fiole du vaccin Pfizer contre le Covid-19. © Radio France - Romain Berchet

Le laboratoire américain Pfizer indique, ce vendredi 15 janvier, que ses livraisons de vaccins contre le coronavirus vont ralentir fin janvier-début février, le temps de faire des modifications dans le processus de production et ainsi augmenter la cadence pour les semaines suivantes. Quelques instants plus tôt, le gouvernement allemand avait annoncé que les livraisons pour l'UE seraient retardées pour "trois à quatre semaines". Et les ministres de la Santé de six pays de l'Union européenne avaient exprimé leur "sérieuse préoccupation" dans une lettre commune à la Commission européenne. Les ministres du Danemark, de l'Estonie, de la Finlande, de la Lituanie, de la Lettonie et de la Suède dénonçaient une situation "inacceptable" portant préjudice à la "crédibilité du processus de vaccination". Des responsables des six pays ont été informés par BioNTech/Pfizer que les livraisons seraient "substantiellement réduites dans les semaines à venir", poursuivaient-ils.

En réponse, la présidence de la Commission européenne, Ursula von der Leyen fait savoir que le patron de Pfizer "est personnellement impliqué pour réduire cette période de retards et s'assurer que ces délais seront rattrapés aussi vite que possible. Il était essentiel de lui faire passer le message que nous avons un besoin urgent de ces doses promises, et ce au 1er trimestre." Au final, "il m'a assuré que toutes les doses garanties pour le 1er trimestre (à destination de pays de l'UE) seront bien livrées au 1er trimestre".

"Des fluctuations dans les calendriers de commandes et de livraisons"

"Pfizer travaille d'arrache-pied pour livrer plus de doses que prévu initialement cette année avec un nouvel objectif déclaré de 2 milliards de doses en 2021", a justifié le groupe dans un message transmis à l'AFP.

Les modifications à effectuer dans la structure de production de Pfizer "nécessitent des approbations réglementaires supplémentaires" et il pourra y avoir en conséquence "des fluctuations dans les calendriers de commandes et de livraisons dans l'usine de Puurs [en Belgique, NDLR] dans un avenir proche pour nous permettre d'augmenter rapidement les volumes de production". Pfizer n'a pas en revanche précisé si les retards de livraison de son vaccin, développé en collaboration avec le groupe allemand BioNTech et autorisé dans plusieurs pays à travers le monde, ne concernaient que l'Europe ou également d'autres régions.

Puiser dans les stocks

Ce sont les autorités norvégiennes, via l'Institut norvégien de santé publique (FHI), qui ont communiqué en premier sur le sujet. D'après le FHI, il pourrait y avoir une diminution des livraisons et la baisse pour la Norvège pourrait être proche de 18 % la semaine prochaine. "La réduction temporaire affectera tous les pays européens", a indiqué le FHI. Pour compenser cette baisse, la Norvège va puiser dans le stock de précaution de vaccins qu'elle avait constitué à la réception des premières doses.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess