Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : ce que l'on sait sur cette nouvelle souche qui circule au Royaume-Uni

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Une nouvelle variante du coronavirus a été détectée au Royaume-Uni, potentiellement impliquée dans la transmission galopante observée dans le sud-est de l'Angleterre. Pour contrer cette transmission, Londres et certaines zones du Royaume-Uni vont être reconfinées en cette fin décembre.

La nouvelle souche circule activement à Londres et dans tout le sud-est de l'Angleterre
La nouvelle souche circule activement à Londres et dans tout le sud-est de l'Angleterre © AFP - TOLGA AKMEN

Une nouvelle variante, une nouvelle souche du coronavirus SARS-CoV-2, responsable de la maladie Covid-19, est en pleine expansion au Royaume-Uni et principalement à Londres et dans le sud-est de l'Angleterre. Pour freiner la transmission de ce nouveau coronavirus à quelques jours de Noël, le Premier ministre britannique Boris Johnson a annoncé un reconfinement à compter de ce dimanche 20 décembre sur ces secteurs géographiques. Voici ce que l'on sait sur cette nouvelle souche du virus.

Quelle différence avec le virus apparu il y a un an ?

La propagation de cette nouvelle souche du SARS-CoV-2 semble être beaucoup plus rapide. Le nombre de cas est en forte hausse dans le sud-est de l'Angleterre, dans la métropole de Londres notamment. Elle se transmet "bien plus facilement", a déclaré le Premier ministre Boris Johnson lors d'une conférence de presse samedi. Jonathan Ball, professeur de virologie moléculaire à l'université de Nottingham, souligne une transmission accrue de 70% avec cette nouvelle souche.

"Le groupe consultatif sur les menaces nouvelles et émergentes des virus respiratoires considère maintenant que cette nouvelle souche peut se propager plus rapidement", a déclaré le médecin-chef de l'Angleterre, Chris Whitty, dans un communiqué. Cet avis s'appuie sur le constat d'une "augmentation très forte des cas de contamination et des hospitalisations à Londres et dans le Sud-Est, par rapport au reste de l'Angleterre ces derniers jours", a indiqué le professeur de médecine Paul Hunter, de l'Université d'East-Anglia.

Cette nouvelle souche contient 23 mutations du premier coronavirus SARS-CoV-2. Ces différences se concentrent dans le processus de fixation entre le virus et les cellules. "Ce qui est particulier, c'est la localisation de cette mutation", a expliqué ce lundi Sylvie Briand, directrice à l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), chargée des risques épidémiques et pandémique. "Elle touche un endroit stratégique de l'interaction entre le virus et les cellules, c'est pour ça que ça demande quand même plus d'attention", a-t-elle ajouté.

Cette nouvelle souche est-elle plus dangereuse ou résistante aux vaccins ?

Les vaccins autorisés sur le marché agissent sur la protéine "Spike", présente jusqu'alors dans toutes les souches constatées de coronavirus. Il pourrait donc ne pas y avoir d'incidence. Les autorités sanitaires britanniques se veulent rassurantes et précisent que rien n'indique à l'heure actuelle que ce nouveau coronavirus entraîne une forme plus grave de la maladie ni qu'il ne réponde pas à un vaccin. "Rien n'indique qu'il est plus mortel ou qu'il cause une forme plus sévère de la maladie" a expliqué Boris Johnson samedi. "Il n'y a actuellement aucune preuve que cette variante (ou toute autre étudiée à ce jour) ait un impact sur la gravité de la maladie, ou qu'elle rende les vaccins moins efficaces, bien que ces deux questions nécessitent des études supplémentaires", selon le consortium de scientifiques britanniques COG-UK.

Les experts de l'Union européenne sont arrivés à la même conclusion : les vaccins actuels contre le coronavirus restaient efficaces face à la nouvelle variante du Covid-19 repérée notamment en Grande-Bretagne. "D'après tout ce que nous savons à l'heure qu'il est et à la suite d'entretiens qui ont eu lieu entre les experts des autorités européennes", la nouvelle souche "n'a pas d'impact sur les vaccins" qui restent "tout aussi efficaces", a déclaré le ministre de la Santé allemand, Jens Spahn, dont le pays assure la présidence tournante de l'UE, ce dimanche soir.

Par ailleurs, "il faut rappeler que cette nouvelle technologie qu'on a tant décriée, le vaccin ARN messager, elle a quand même un avantage majeur, c'est que si le virus venait à essayer de prendre le pas avec des mutations, on peut très, très rapidement, en quelques jours, corriger cette problématique et créer un nouveau vaccin efficace sur un virus mutant" a souligné sur franceinfo l'infectiologue Benjamin Davido.

"Tout cela reste encore sujets aux études, a tout de même rappelé Sylvie Briand. Il faut rechercher d'abord sur la transmissibilité pour essayer de mieux comprendre si ça se transmet plus facilement ou pas. Et puis ensuite, des études in vitro pour voir effectivement si les anticorps qui existent déjà dans des sérums humains neutralisent ce virus ou pas."

Les mutations d'un virus sont-elles normales ?

Les mutations d'un virus sont courantes, à l'image du virus de la grippe qui change chaque saison, voilà pourquoi un nouveau vaccin est commercialisé chaque année. De précédentes mutations du coronavirus SARS-CoV2 ont déjà été observées, plus de 10 000 ont été signalées dans le monde. Certaines mutations n'ont "absolument aucun effet" face aux vaccins, a commenté dans un communiqué Jonathan Ball, professeur de virologie moléculaire à l'université de Nottingham. 

Des mutations du coronavirus avaient déjà été constatées chez les animaux, notamment chez les visons. Afin d'éviter toute propagation, il avait été décidé d'abattre 15 millions de ces animaux en élevage au Danemark ou même en France. Cette nouvelle souche a déjà été remarquée chez des cas humains au Danemark, au Brésil, en Afrique du Sud, aux Pays-Bas ou en Australie selon Maria Van Kerkhove, de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

Où cette nouvelle souche est-elle active ?

Le sud-est de l'Angleterre et Londres sont visés. Matt Hancock, ministre britannique de la Santé, évoque des signalements de cette nouvelle souche dans au moins "soixante secteurs locaux". La nouvelle variante du coronavirus est apparue à la mi-septembre à Londres et dans le comté du Kent, selon Patrick Vallance, chef du conseil scientifique auprès du gouvernement britannique. Cette nouvelle souche représenterait aujourd'hui 62% des contaminations enregistrées à Londres, 43% dans le sud-est de l'Angleterre et de 59% dans l'est. 

Le Royaume-Uni compte plus de plus de 66.500 morts dus au coronavirus. C'est le pays d'Europe le plus durement touché avec l'Italie. Depuis le 8 décembre, une campagne de vaccination massive vise les personnes âgées et les soignants dans une première phase.

Pour autant, "il est possible que (cette variante du virus) circule en France", a admis ce lundi sur Europe 1 le ministre de la Santé Olivier Véran, rappelant qu'"il a été identifié une fois en Italie". L'infectiologue Benjamin Davido a estimé, lundi sur franceinfo, qu'il "ne faut pas se faire d'illusions" sur le fait que cette variante circule déjà en France. "On sait bien que le virus circule plus vite que ce qu'on ne croit", a rappelé Benjamin Davido, infectiologue à l'hôpital Raymond-Poincaré de Garches. Le virus "circule avec les individus et que c'est le propre de cette pandémie. Le virus va beaucoup plus vite qu'on ne peut le voir".

Si le virus circule en France, "nous le saurons" affirme Olivier Véran. "Nous lançons des études génotypiques. Sur les derniers jours, 500 souches virales ont été analysées en génétique et ce variant n'a pas été retrouvé, ce qui ne veut pas dire qu'il ne circule pas".

Quelles sont les mesures mises en place pour contenir cette nouvelle souche ?

Le gouvernement britannique a donc décidé de durcir les mesures dans cette partie de la Grande-Bretagne dès le dimanche 20 décembre, juste avant les fêtes de Noël. Déjà soumis à des restrictions, 38 millions d'habitants vont être placés sous un nouveau niveau d'alerte, le quatrième et plus élevé. Ils auront pour consigne de rester chez eux et les commerces non essentiels ne pourront plus rouvrir après avoir baissé le rideau samedi. Les pubs, restaurants et musées étaient déjà fermés depuis le week-end dernier. Tous les déplacements en dehors de cette zone, que ce soit pour aller ailleurs au Royaume-Uni ou à l'étranger, sont interdits.

Cette nouvelle variante du virus est hors de contrôle

Le ministre de la Santé britannique a indiqué dimanche que la nouvelle souche de nouveau coronavirus était "hors de contrôle" pour justifier le reconfinement de Londres et d'une partie de l'Angleterre. "Nous devions reprendre le contrôle, et la seule manière de le faire, est de restreindre les contacts sociaux", a déclaré Matt Hancock. "Ce sera très difficile de la garder sous contrôle jusqu'à ce qu'un vaccin soit déployé", a-t-il ajouté.

Par ailleurs en Europe, la France a décidé dimanche soir de suspendre pour 48 heures tous les déplacements en provenance du Royaume-Uni. D'autres pays de l'UE ont également pris des mesures, comme l'Italie, le Pays-Bas ou encore la Belgique.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess