Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : ce que l'on sait sur le rassemblement religieux à Mulhouse d'où viennent de nombreux malades

- Mis à jour le -
Par , , France Bleu, France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

De très nombreuses personnes ont contracté le coronavirus Covid-19 lors d'un rassemblement religieux à Mulhouse, du 17 au 24 février. Les cas sont répartis sur tout le territoire et outre-mer. Plus de 2.000 personnes ont participé à des prières collectives.

Devant le centre religieux de la Porte ouverte chrétienne à Mulhouse, où plusieurs personnes ont contracté le Covid-19.
Devant le centre religieux de la Porte ouverte chrétienne à Mulhouse, où plusieurs personnes ont contracté le Covid-19. © AFP - Sébastien Bozon

De nombreuses personnes ont été contaminées par le coronavirus au même endroit, lors d'une semaine de prières dans un église évangélique, l'Eglise de la Porte ouverte chrétienne, du 17 au 24 février, à Mulhouse. Le nombre exact de malades reste à définir, mais ces rencontres religieuses semblent avoir été un foyer important de transmission du Covid-19, y compris pour des départements où aucun cas n'était encore avéré jusque là.

Que s'est-il passé à Mulhouse du 17 au 24 février ?

L'église évangélique de la Porte ouverte chrétienne organise chaque année une semaine de prières et de jeûne. Comme on peut le voir sur la page Facebook du centre, il y avait des cultes, des chants... "On a passé une semaine à prier tous ensemble", raconte le pasteur Thiebault Geyer, "on se donnait la main, on se faisait la bise... On n'était pas conscient de ce qu'il se passait"

Bref, des contacts proches et répétés entre des centaines de personnes, venues de toute la France et des pays frontaliers, une situation a priori idéale pour propager une maladie. Point d'orgue du rassemblement, la messe du dimanche 23 février, qui s'est tenue, comme le reste de la semaine, dans un ancien supermarché transformé en 2015 en lieu de culte, dans le quartier populaire de Bourtzwiller.

Le centre de prière de l'église de la Porte ouverte où des dizaines de personnes ont été contaminées par le Covid-19.
Le centre de prière de l'église de la Porte ouverte où des dizaines de personnes ont été contaminées par le Covid-19. © Radio France - Thierry Gachon

Le quartier de Bourtzwiller à Mulhouse a reçu la visite d'Emmanuel Macron le 18 février, dans le cadre de sa visite consacrée au "séparatisme religieux". Le président de la République y avait d'ailleurs pris un bain de foule.

Combien de cas ont été recensés ?

Mardi soir, lors d'un point quotidien, le numéro 2 du ministère de la santé, Jérôme Salomon a, pour la première fois, parlé de ce foyer de contamination. On en était alors à sept cas, déjà identifiés par ailleurs : une famille de Hésingue, dans le sud du Haut-Rhin, et un médecin de Bernwiller, lui-même fils de pasteur. 

Depuis, la liste des personnes testées positives au Covid-19 n'a cessé de s'allonger avec des cas dans les Alpes-Maritimes, le Lot-et-Garonne, en Corse, les Hautes-Alpes, la Haute-Saône ou encore la Guyane, l'Indre-et-Loire, la Bourgogne-Franche-Comté et la Manche. Rien qu'avec ces signalements-là, on dépasse la quinzaine de malades. À Paris, un salariée de la RATP travaillant en station sur la ligne 6 du métro, infectée par le coronavirus, aurait-elle aussi participé à ce rassemblement, selon la CGT-RATP.

Aujourd'hui, toute personne qui ressent des symptômes d'une contamination possible au coronavirus est interrogée sur une éventuel passage par Mulhouse. Dès mardi, le directeur général de la santé avait lancé un appel à ceux et celles ayant participé au rassemblement, leur demandant de contacter le 15 : "Il est important de le signaler pour que les personnes qui y ont participé se surveillent, et si il y a des symptômes, qu'ils se signalent." 

Pourquoi est-ce difficile de savoir qui est passé par Mulhouse ?

"On est incapable de dire exactement combien de personnes sont touchées. Des dizaines et des dizaines..." confesse Thiebault Geyer. Comme l'explique le pasteur, il n'y avait pas de listes de participants, pas d'inscriptions. Des fidèles sont venus pour un ou deux jours, ou bien une soirée, avant de rentrer chez eux, dans toute la France et les pays limitrophes, comme la Suisse. "C'est très, très variable", ajoute-t-il.

Un participant, contacté par France Bleu, estime d'ailleurs que le nombre officiel de 2.200 participants pourrait être sous-estimé, dans la mesure où les fidèles allaient et venaient au gré de la semaine. Une certitude en revanche : chacun est venu par des moyens individuels. Il n'y a pas eu de bus affrété par l'Eglise, par exemple.

Comment réagit la communauté ? 

A Mulhouse, l'église est fermée, les cultes sont diffusés sur internet. Dans d'autres lieux de culte évangéliques liés à La Porte ouverte chrétienne, les messes ont également été suspendues, depuis le 2 mars. Des fidèles, qui ne ressentent pas de symptômes, ont décidé de se soumettre eux-mêmes à une "quatorzaine". 

"On est triste", reconnaît le pasteur Geyer, et "on essaie d'encourager les gens bien à respecter les autorités". "On prie pour les gens qui sont malades" ajoute l'homme d'église. La foi n'exclut pas les règles d'hygiène : "On croit que Dieu fait des miracles, mais on croit aussi à l'importance de se laver les mains".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu