Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : ces soignants qui ne veulent plus habiter chez eux

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Vaucluse

L'élan de solidarité se poursuit pour mettre des logements à disposition des personnels soignants. La semaine passé plus de 10 000 personnes ont proposé des appartements sur des plateformes dédiées. Pour nombre d'agents hospitaliers ou personnel d’Ehpad il est nécessaire de se loger seul.

La photo symbolique du site "Les Logements Solidaires"
La photo symbolique du site "Les Logements Solidaires" - Charles Osborn

Dés le milieu de la semaine dernière sur la plateforme gouvernementale "Appart Solidaires"  lancée avec le concours  d'Airbnb ou sur le site PAP, de Particulier à Particulier, 7000  logements étaient proposés par des propriétaires pour ce dispositif de solidarité. Mais surtout un site créé spontanément par un collectif de bénévoles dans le sud de la France sous l'intitulé "les logements solidaires" a vu le jour il y a moins de deux semaines.

Plus de quarante bénévoles œuvrent là désormais à trouver des logements gratuits peu éloignés d'hôpitaux ou d’Ehpads. Ici le souhait est clairement énoncé : avoir très vite un millier d'offres dans chaque grande ville.

Des logements  toujours gratuits avec des contrats de prêts spécifiques pour les soignants.  Pour Julien Denormandie, le ministre auprès de la ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités territoriales, chargé de la Ville et du Logement,  il faut que ce mouvement de solidarité s'amplifie : "J'en appelle à tous les propriétaires de logements vacants, surtout quand ceux-ci se situent à proximité d'hôpitaux." Un appel qui reflète finalement la réalité car la demande est en moyenne trois fois plus forte que l'offre actuellement proposée en ligne. 

Les soignants en première ligne sont de plus en plus nombreux à envisager de se délocaliser de leurs logements familiaux pour protéger leurs proches

C'est ce qu'explique Charles Osborn à l'origine de la création du site "Les logements solidaires" et dirigeant d'une conciergerie privée dans le sud de la France . « En fait j'ai une amie qui m'a appelé en me disant qu'elle projetait de dormir dans les couloirs de son hôpital parce qu'elle ne voulait pas mettre en danger son fils. Après je me suis dit il y a quelque chose à faire , il y a plein de logements qui sont vides en location courte durée. J'ai contacté des propriétaires et des conciergeries et tout a commencé comme cela. »

"J'habite tout prés de l'hôpital. Le seul souci, j'ai un mari qui est malade et je ne peux pas rentrer et risque de lui transmettre le virus qui pourrait lui être fatal"  - infirmière aux urgences du centre hospitalier d'Avignon 

L'exemple de soignants qui ne veulent pas mettre en danger leur entourage et souhaitent loger à part s'est multiplié ces derniers jours un peu partout . Pour preuve le témoignage de cette infirmière au service des urgences du centre hospitalier d'Avignon :

Témoignage d'une infirmière à l'hôpital d'Avignon à qui un propriétaire parisien a prêté gracieusement à distance son logement en location

Le ministre de la Ville et du Logement a tenu également a rappeler la semaine dernière sur France Info que  le gouvernement "travaille beaucoup avec les hôtels et a réquisitionné des milliers de chambres, parfois pour le personnel soignant mais également pour ceux qui sont dans la précarité".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu