Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : au CHU de Toulouse, "on a su faire face" à la crise sanitaire assure son directeur général

-
Par , France Bleu Occitanie

Éprouvé par la première vague de l'épidémie de Covid-19, sous pression durant la seconde, le CHU de Toulouse continue de se mobiliser face à la crise pour gérer l'arrivée prochaine des vaccins contre le coronavirus.

Marc Penaud, le directeur général du CHU de Toulouse
Marc Penaud, le directeur général du CHU de Toulouse © Radio France - France Bleu Occitanie

Marc Penaud, le directeur général du CHU de Toulouse, était l'invité de la matinale de France Bleu Occitanie ce jeudi 3 décembre. Les équipes de l'hôpital ont été particulièrement mobilisées au travers de la première puis de la seconde vague de l'épidémie de l'épidémie, et continuent à s'investir pour gérer les vaccinations prochaines

Préparer l'arrivée du vaccin contre la Covid-19

"L'hôpital participera de façon active à la vaccination, explique Marc Penaud. Les dispositifs sont en train d'être calés avec les pouvoirs publics sur le rôle des hôpitaux et sur les questions logistiques. Nous y travaillons, et nous y travaillerons encore dans les jours qui viennent"

Le directeur général du CHU de Toulouse évoque l'arrivée notamment du vaccin du laboratoire américain Pfizer, qui bénéficiera selon lui de l'autorisation de mise sur le marché dans quelques jours. "Un vaccin testé, contrôlé, validé de façon réglementaire, qui pourra donc être administré en toute sécurité".

Un CHU secoué mais solide face aux deux vagues épidémiques

Le CHU de Toulouse est donc déjà dans les starting-blocks pour accueillir l'arrivée du vaccin, quelques semaines seulement après avoir géré une seconde vague épidémique très éprouvante. "On a eu une première vague avec 600 patients, et une deuxième vague avec le double, 1.300 patients" détaille Marc Penaud. 

"Le pic du printemps, c'était 193 patients Covid dans les services en même temps. Au deuxième pic, on comptait 224 patients sur la seule journée du 11 novembre. Mais le CHU a su faire face et il a été agile" assure le directeur général, qui remercie les équipes de l'hôpital pour leur mobilisation, leur investissement, leur professionnalisme et leur humanité. 

Une gestion en question

Pourtant, la CGT pointe du doigt la gestion faite par la direction au sein du CHU, avec, selon le syndicat, un manque de moyens, et 300 suppressions de postes en cinq ans. "Ce ne sont pas des suppressions, mais des transformations d'activité" répond Marc Penaud, qui explique que les équipes ont beaucoup évolué vers l'activité ambulatoire. 

"Lorsqu'une crise arrive, on est toujours en capacité de recruter. On a recruté juqu'à 1.750 personnes depuis le début de l'année. Au total, ça fait près de 350 personnes de plus que l'an passé dans nos services, en comptant à la fois les recrutements en plus, et les départs en moins".

Et sur le déficit important du CHU de Toulouse, qui était en 2016 d'une quinzaine de millions d'euros, là aussi le directeur général reste positif, en expliquant que ce déficit se réduit d'année en année. "Cette année, il était entre six et sept millions d'euros, assure Marc Penaud. C'est grâce aux financements liés aux mesures du plan Ségur, en lien avec la crise du coronavirus"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess