Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : comment la CPAM de la Drôme retrace-t-elle les cas contacts ?

-
Par , France Bleu Drôme Ardèche

La Caisse Primaire d'Assurance Maladie de la Drôme renforce ses effectif pour tracer les personnes ayant été en contact avec des malades du coronavirus. Mais comment travaillent ces agents ? Reportage au centre des appels dans les locaux à Valence.

Environ 90 agents de la CPAM se relaient du lundi au dimanche pour retracer les cas contacts.
Environ 90 agents de la CPAM se relaient du lundi au dimanche pour retracer les cas contacts. © Radio France - Willy Moreau

Le Premier ministre, Jean Castex, l'a annoncé vendredi : 2.000 personnes vont être recrutées pour tracer les cas contacts. Avec l'augmentation du nombre de tests, le travail est de plus en plus lourd. La Caisse Primaire d'Assurance Maladie (CPAM) de la Drôme renforce ses effectifs et a déjà recruté une quinzaine de CDD.

Des appels 7j/7

Depuis le mois de mai, la CPAM de la Drôme travaille à retracer les cas contacts. Mais l'activité a progressivement augmenté au fil des mois. Depuis la semaine dernière, les agents se consacrent essentiellement au traçage des cas drômois. Auparavant, elle venait surtout en aide aux services d'autres départements comme l'Isère. Désormais vingt-deux personnes environ par jour s'attellent à appeler les personnes infectées. Elles sont regroupées en partie dans une grande salle au rez-de-chaussée du bâtiment situé à Valence. Le volume sonore est étonnamment très bas malgré l'activité importante. 

Tous les jours, y compris le dimanche, les agents reçoivent des alertes sur une plateforme spécialement créée pour le traçage. Elle est commune avec les laboratoires et les pharmacies. "Une fois que nous avons l'alerte, nous appelons le patient positif pour lui demander quelles sont les personnes avec qui il a été en contact, sans respect des gestes barrière", explique Frédéric, casque-micro branché à l'oreille. L'appel peut durer une vingtaine de minutes. "Ça peut être long, détaille Frédéric, parce que si la personne est asymptomatique, il faut alors retracer sur les sept jours précédents". En cas de symptômes, seules les personnes côtoyées dans les 48h précédant le résultat du test seront contactées. 

Plus de 90 personnes mobilisées

L'activité varie en fonction des jours mais les appels s'enchaînent. "Par exemple, jeudi dernier nous avons appelé _39 malades et 154 cas contacts_", constate Maylis Manson, directrice adjointe à la CPAM de la Drôme. Le rythme est intense, il faut appeler les personnes testées positives dans un délai de 24 heures. "Nous relançons nos appels cinq fois par jour", complète Frédéric. 

Pour tenir la cadence, 90 agents de la CPAM se relaient tout au long de la semaine mais cela ne suffit plus. "Nous avons recruté une quinzaine de CDD", explique Maylis Manson. Et les effectifs pourraient encore augmenter si l'activité évolue encore. Si la CPAM vous contacte, le numéro affiché sera le 09.86.01.36.46. Pour rappel, l'assurance maladie ne demande jamais vos coordonnées bancaires. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess