Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : comment les cliniques privées aident le CHU de Toulouse

-
Par , France Bleu Occitanie

Les cliniques privées ne sont pas en première ligne mais elles aident et soulagent les hôpitaux publics de Toulouse pour affronter le Covid-19. "On obéit de façon quasi militaire au CHU et à l'ARS et c'est très bien", dit le directeur de la clinique Pasteur.

Hôpital Purpan, CHU de Toulouse en avril 2019.
Hôpital Purpan, CHU de Toulouse en avril 2019. © Radio France - Bénédicte Dupont

Face au Covid-19, on parle beaucoup des CHU, les hôpitaux publics qui sont en première ligne, mais les cliniques privées jouent aussi un rôle important. Ainsi, à Toulouse, elles sont en ordre de bataille depuis le début de la crise. 

Les bons petits soldats

Que ce soit à Toulouse, Cornebarrieu ou l'Union, les cliniques privées ont déprogrammé des opérations non urgentes pour être prêtes à accueillir des malades du coronavirus. A Pasteur, il y en a par exemple eu 20 (18 de Midi-Pyrénées et 2 du grand Est depuis le 1er avril). Concrètement, les établissements privés suivent les recommandations du CHU de Toulouse et de l'agence régionale de santé (ARS) qui pilotent des réunions journalières et répartissent les patients. Il y a deux "super-régulateurs", un pour le Samu et un pour la réanimation. "C'est une stratégie qui a porté ses fruits puisque personne n'a été saturé, on a un planning qui va jusqu'à la fin du confinement et qui ira sûrement au-delà", explique Marc Penaud directeur du CHU. On est des bons petits soldats et ça nous va, dit en creux le directeur de la clinique Pasteur Dominique Pon : "On obéit de façon quasi militaire et c'est bien, il faut être réactif, ne pas tergiverser dans des situations de crise. "

Réorganisation interne

Les cliniques ont par ailleurs repensé toute leur organisation interne pour pouvoir accueillir les patients. "On a tout réinventé", assure Dominique Pon. L'établissement est quasi coupé en deux avec un bâtiment de trois étages pour les patients atteints du Covid-19 et pour ne pas contaminer les autres, on a déplacé des services, changé nos plannings..." 

Dominique Pon souligne aussi la grande solidarité qui s'est mise en place autour de Pasteur. "On reçoit énormément de mots de soutien, des chocolats, mais aussi des aides logistiques et tout s'est fait très vite, c'est assez incroyable ! " Exemples : cette poignée de porte qui permet d'ouvrir les portes avec les coudes, sans les toucher avec les mains, conçue par des étudiants ingénieurs toulousains de l'ICAM, grâce à une imprimante 3D. Ou encore ces masques de plongée offerts par Décathlon. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess