Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : comment va se dérouler le rapatriement des Français de la zone d'épidémie ?

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

À partir de jeudi, les Français qui le souhaitent vont pouvoir quitter Wuhan, épicentre de l'épidémie du coronavirus en Chine, et être rapatriés dans l’Hexagone a confirmé le gouvernement ce lundi. Combien de personnes sont concernées ? Quelles consignes vont-elles devoir respecter ?

Les températures des passagers sont scannées dans l'aéroport chinois de Sanya (sud du pays), le 27 janvier 2020
Les températures des passagers sont scannées dans l'aéroport chinois de Sanya (sud du pays), le 27 janvier 2020 © AFP - Pu Xiaoxu / XINHUA

Alors que l'épidémie de coronavirus continue de s’étendre en Chine, la France a confirmé lundi 27 janvier que les Français expatriés à Wuhan, épicentre de l'épidémie, vont être rapatriés. D'après le gouvernement, entre 500 et 1.000 Français sont actuellement installés dans la ville chinoise, coupée du monde pour éviter la propagation du virus. Voici ce que l'on sait.

Une évacuation aérienne à partir de jeudi

Un premier avion français est parti dans la nuit de mercredi à jeudi à destination de Wuhan. La ville étant soumise à une interdiction de circuler, le gouvernement a travaillé avec la Chine pour organiser ce rapatriement. L'avion devrait revenir vendredi avec 250 personnes mais l'aéroport d'arrivée et l'horaire ne sont pas encore définis. Un second vol est prévu "plus tard dans la semaine", selon la Commission européenne, pour rapatrier d'autres Français et des ressortissants d'autres pays européens.

Depuis le début de la semaine,"les équipes à Wuhan ont identifié nos compatriotes qui souhaitent revenir", a indiqué le chef de la diplomatie française Jean-Yves Le Drian. Environ 500 Français sont enregistrés au consulat de Wuhan mais leur nombre total, y compris les non inscrits, est sans doute de l'ordre du millier, a indiqué le secrétaire d'État aux Affaires étrangères, Jean-Baptiste Lemoyne. Outre la présence des constructeurs automobiles français Renault et PSA Peugeot Citröen, de nombreux étudiants français résident dans la ville chinoise.

Le premier vol qui arrivera jeudi transportera "des personnes qui (...) ne présentent pas de symptôme", a expliqué de son côté le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari. Un "second vol, dont les dates sont à déterminer", rapatriera ensuite les "personnes possiblement porteuses du virus".

Placés en quarantaine à leur arrivée, notamment dans les Bouches-du-Rhône

Toutefois, tous ne souhaitent pas à être évacués. Certains parce qu'ils sont mariés à des ressortissants chinois, d'autres en raison de la période de quarantaine imposée à l'arrivée en France afin d'éviter toute propagation du virus. Les personnes qui souhaitent rentrer devront obligatoirement signer un "document s'engageant à respecter cette contrainte de confinement pendant 14 jours" avant de prendre l'avion, a précisé Jean-Baptiste Lemoyne. Selon les informations de France Bleu, une partie de ces Français seront mis en quarantaine dans un centre de vacances de Carry-le-Rouet (Bouches-du-Rhône).

Les candidats seront aussi examinés par des équipes médicales avant leur départ, à l'aéroport de Wuhan. "Nous avons des équipes médicales qui partiront avec ces avions, des équipes de la Sécurité civile, du Service de Santé des Armées. Tout sera fait dans les règles de l'art, avec un certain nombre de protocoles médicaux, pour s'assurer que cela se passe dans les meilleures conditions", a assuré le secrétaire d'État aux Affaires étrangères.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess