Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 51 en orange
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement progressif : "L’impression qu’on vole notre fin de vie", pour une personne âgée castelroussine

-
Par , France Bleu Berry

Emmanuel Macron a annoncé un déconfinement progressif à partir du 11 mai, mais pas pour tout le monde. Les personnes âgées sont appelées à rester chez elles un peu plus longtemps, pour les protéger face au coronavirus. Une mesure ressentie comme une injustice par certains retraités castelroussins.

Personne âgée (photo d'illustration)
Personne âgée (photo d'illustration) © Maxppp - PHOTOPQR/LA MONTAGNE/BOILEAU FRANCK

Lors de son allocution lundi 13 avril, Emmanuel Macron a annoncé que le confinement, mis en place pour lutter contre le coronavirus, est prolongé d'un mois. À partir du 11 mai, les Français pourront sortir progressivement de chez eux. Mais cela ne concerne pas tout le monde. "Pour leur protection, nous demandons aux personnes les plus vulnérables, aux personnes âgées ou en situation de handicap ou atteintes de maladies chroniques, de rester, même après le 11 mai, confinées", a expliqué le chef de l'État.

Pour certaines personnes âgées, cette mesure est perçue comme une injustice. "C'est peut-être une approche protectrice, mais j'ai l'impression qu'on nous vole notre fin de vie", regrette Marie-France, confinée dans sa maison à Châteauroux depuis un mois. "C'est une chose qui est assez difficile à vivre. Alors quand j'entends dire qu'on va demander aux personnes âgées d'être confinées plus longtemps, je trouve ça relativement cruel".

Demander aux personnes âgées d'être confinées plus longtemps, je trouve ça relativement cruel

"Je ne comprends pas trop cette approche. Il suffit de nous donner de quoi être protégés, de nous indiquer des mesures de sécurité, mais je ne vois pas ce que ça va apporter de plus de maintenir les gens dans leur petit appartement", poursuit la retraitée castelroussine. "À partir du moment où on s'attaque aux personnes sous prétexte qu'elles ont un certain âge, sans leur apporter des solutions de confort, c'est faire dans la facilité".

Une mesure qui peut mettre en danger la santé des personnes âgées

Prolonger le confinement des personnes âgées peut avoir des conséquences négatives sur leur santé, s'alerte Claudette Brialix, présidente de l'association "Bien vivre ensemble dans l'Indre" et présidente de la Fédération nationale des associations de personnes âgées et leurs familles (FNPAEF). "Pourra-t-on empêcher pendant des mois, ou des semaines dans un premier temps,  à ce qu'une personne ait accès à son médecins, qui ne se déplace pas à domicile, ait accès à un kiné, à un coiffeur, à un podologue, à ces choses essentielles qui participent au maintien de la santé et du bien-être ?", s'inquiète-elle. 

Il y a une infantilisation et un non-respect des personnes âgées

"Cela peut se retourner en partie contre les personnes âgées. Ce sont des dégâts collatéraux. Les médecins s'alertent du fait que les personnes âgées ne se font pas suivre, pour la plupart, pour leurs pathologies chroniques. Croyez-vous que cette mesure va aider à régler cette situation ? J'en doute", explique Claudette Brialix, qui alerte également sur les risques de dépression et de suicide pour les personnes âgées isolées. 

Elle regrette que les associations et les personnes concernées n'aient pas été contactées avant l'annonce de cette mesure. Claudette Brialix parle d'une discrimination. "La société, les gouvernements ont ignoré, de façon générale, les personnes âgées. Elles sont considérées comme des coûts pour la société, considérées comme irresponsables quelque soit la situation dans laquelle elles se trouvent. Partant de là, tout est possible, on peut tout décider pour elles", dénonce la président "Bien vivre ensemble dans l'Indre". "Il y a une infantilisation et un non-respect des personnes âgées".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess