Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : une cellule psychologique pour soignants, patients et confinés du Finistère

Des angoisses liées au confinement, des soignants préoccupés à l'idée de transmettre le coronavirus à leurs proches : depuis le 17 mars, une cellule psychologique dédiée, Covipsy, est mise en place à l'hôpital de Brest pour répondre à ces interrogations et proposer un dispositif d'écoute.

La cellule Covipsy répond au personnel soignant comme aux confinés en détresse
La cellule Covipsy répond au personnel soignant comme aux confinés en détresse - CHRU de Brest

C'est un dispositif spécifique face à l'épidémie de coronavirus et au confinement : une cellule d'aide psychologique Covipsy est opérationnelle depuis le 17 mars à l'hôpital de Brest, au sein de la cellule d'urgence médico-psychologique du Finistère. En un mois, une centaine d'appels ont été traités. "Les entretiens par téléphone peuvent durer de 10 minutes à 1 heure et demi. On s'adapte à a la demande", précise Clémence Larrieu, la psychologue chargée de cette cellule.

"C'est _accessible à tous les professionnels mobilisés pendant cette crise sanitaire_, que ce soit les soignants, les caissières, les agents en mairie de tout le Finistère, énumère Clémence Larrieu. Les patients atteint du Covid19 et leur familles peuvent aussi nous appeler, de même que les personnes confinées à leurs domicile qui ressentent des angoisses liées à cette situation". Vous pouvez ainsi joindre le 02 98 14 51 84 tous les jours de 9 à 18 heures.

Accompagner les soignants

Face au Covid19, ils sont en première ligne, plus exposés. "On a une _majorité d'appels de personnel soignant_, explique la responsable de la cellule Covipsy. La préoccupation principale en général n'est pas simplement d'être infecté, mais de pouvoir le transmettre à ses proches, ses collègues ou ses patients. C'est une inquiétude qui est légitime"

Pouvoir en parler permet déjà d'apaiser pas mal de choses. 

C'est la première fois qu'un accompagnement psychologique est nécessaire de façon aussi généralisé pour les personnels soignants. "On les aide à réfléchir, on se sert d'outils de relaxation et respiration, de gestion du stress, par téléphone", précise Clémence Larrieu.

Répondre à l'angoisse

Accompagner les malades hospitalisés et isolés, les visites étant interdites, est aussi nécessaire. Dans chaque hôpital, du personnel va déjà au contact de ces patients pour un accompagnement psychologique. "Les _familles de ceux atteints par le Covid sont surtout en lien avec les équipes de soins_, qui pour l'essentiel leur suffit, mais on peut aussi faire une prise en charge par téléphone si elles le souhaitent", indique Clémence Larrieu.

Ce sont finalement les personnes non malades qui appellent le plus, avec des angoisses liées au confinement. "Le point important, c'est le fait qu'on vit tous la même chose avec cette crise, cela nous impacte vraiment collectivement, lance la psychologue. Mais il faut entendre les particularités de chacun". Le confinement se double en effet pour certains de situations encore plus difficiles à gérer, en cas de deuil notamment. "Les décès en ce contexte, avec des obsèques en petit comité, impacte les personnes et leur fait vivre le confinement de façon différente. Elles ont _besoin de cette écoute particulière_", conclut Clémence Larrieu. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess