Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : contagiosité, mutations... Ce qu'il faut savoir du variant indien détecté en France

-
Par , France Bleu
France

Au total, sept cas de variant indien ont été détectés sur le sol français. Cette mutation suscite de vives inquiétudes car elle est en partie responsable de la dégradation de la situation sanitaire en Inde. Est-elle plus contagieuse ? Les vaccins sont-ils efficaces ? France Bleu fait le point.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © AFP - Loic Venance

Le variant B.1.617, plus communément appelé variant indien, a été détecté pour la première fois dans le centre de l'Inde, dans l'État du Maharashtra, en octobre dernier. Depuis quelques jours, il provoque plus de 300.000 contaminations quotidiennes en Inde et est présent sur tous les continents. Il a été repéré dans au moins 17 pays, dont la France.

Sept cas ont été identifiés en France

Au total, sept personnes ayant contracté ce variant du coronavirus ont été identifiées en France : deux en Guadeloupe, deux dans le Lot-et-Garonne, un en Gironde et deux dans les Bouches-du-Rhône.

Quels sont ces symptômes ?

Il ne semble pas y avoir de différence notable entre les symptômes du variant indien et ceux du coronavirus. Les personnes ayant contracté la souche mutante rapportent souffrir de maux de tête, de maux de gorge, de douleurs musculaires et de congestion nasale.

Est-il plus dangereux ?

Le variant indien est soupçonné d'être plus contagieux que les souches précédentes du coronavirus. D'après les premières observations remontées par l'OMS, dans un point en date de mardi, le variant possède un "taux de croissance plus élevé que les autres variants en circulation en Inde, ce qui suggère une plus grande transmissibilité".

Il faut dire que ce variant se caractérise par la combinaison de nombreuses mutations et notamment de deux mutations préoccupantes au niveau de la protéine S "spike". Cette caractéristique pourrait lui conférer "une transmission augmentée, mais ceci reste à prouver au plan épidémiologique", selon le Conseil scientifique. 

Les vaccins sont-ils efficaces sur ce variant ?

Pour le moment, le Conseil scientifique affirme qu'aucune donnée solide ne permet de statuer sur l'efficacité des vaccins sur le variant indien. "Il y a encore des zones d'incertitude", admettait ainsi ce vendredi Olivier Véran, ministre de la Santé.

De son côté, le patron du laboratoire allemand BioNTech, Ugur Sahin, se disait mercredi "confiant" dans l'efficacité de son vaccin contre le variant indien. Des tests sont actuellement en cours, mais "le variant indien présente des mutations que nous avons déjà étudiées et contre lesquelles notre vaccin agit", précisait-il.

Un "double mutant" classifié variant d'intérêt par l'OMS

L'OMS a classé mardi le variant indien dans la liste des "variants d'intérêt". Il s'agit des variants possédant des caractéristiques génétiques potentiellement problématiques qui justifient une surveillance. Le variant indien n'est donc pas considéré comme "variant préoccupant". Cette catégorie regroupe les variants jugés plus dangereux, contagieux et qui résistent mieux aux mesures de contrôle.

Il fait l'objet d'une vigilance toute particulière en France

La mutation indienne du coronavirus fait l'objet d'une vigilance toute particulière dans le pays. Depuis le 25 avril, toutes les liaisons directes en provenance ou en direction de l'Inde sont suspendues. Toute suspicion de cas de variant indien fait systématiquement l'objet d'un dépistage PCR. Les autorités sanitaires traquent depuis plusieurs mois déjà les différents variants du covid : "Lorsque les personnes sont testées, nous faisons un séquençage, nous prenons les tests positifs, nous regardons le génome et la carte génétique", expliquait ainsi ce vendredi 30 avril sur franceinfo le ministre de la Santé, Olivier Véran. Ce séquençage peut prendre plusieurs jours. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess