Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : coup de gueule d'un octogénaire basque qui n'arrive pas à se faire vacciner

-
Par , France Bleu Pays Basque, France Bleu

Alors que la campagne de vaccination des plus de 75 ans a débuté au Pays Basque le 18 janvier dernier, Philippe Etchegoyhen, 80 printemps, n'a toujours pas réussi à prendre rendez-vous ni par téléphone ni par internet. Il a contacté l'Agence Régionale de Santé mais n'a toujours pas de réponse.

Depuis plus d'un mois, Philippe Etchegoyhen n'a toujours pas réussi à prendre rendez-vous pour se faire vacciner
Depuis plus d'un mois, Philippe Etchegoyhen n'a toujours pas réussi à prendre rendez-vous pour se faire vacciner © Radio France - Oihana Larzabal

Il fait beau ce jeudi 25 février à Idaux-Mendy, près de Mauléon. Philippe Etchegoyhen en profite pour jardiner avec son épouse, Maddi. Il est surpris par notre appel : "je vous ai fait suivre le mail, parce que je ne comprends pas qu'on laisse les gens sans aucune réponse !". Parce qu'à 80 ans, ce jeune souletin n'a toujours pas réussi à prendre rendez-vous pour se faire vacciner contre la Covid-19. Par téléphone, il tombe toujours sur le répondeur et par internet, on le renvoie vers d'autres centres de vaccination qui sont eux aussi saturés.

Ene adinekoek edo zaharrogokoek erraiten didate : "bon, bon zerbaitetarik behar diagu hil !"

Mon médecin m'a dit qu'il fallait que je me fasse vacciner, parce que j'ai 80 ans et un peu de diabète 

Philippe Etchegoyhen a soufflé ses 80 bougies en novembre dernier. Avec son épouse, Maddi, 79 ans, ils sont les heureux parents de deux enfants et ils essaient de voir autant que possible leur petite-fille dans le respect des gestes barrières évidemment. Lors du lancement de la campagne de vaccination anti Covid le 18 janvier dernier, le couple s'est posé la question. "Mon médecin m'a dit que oui, qu'il fallait que je me fasse vacciner parce que j'ai 80 ans et un peu de diabète"

Mais lorsque Philippe a tenté de prendre rendez-vous, que ce soit pour lui ou pour sa femme, il n'a jamais réussi. Ni par téléphone, boîte vocale saturée, ni par internet. Pendant dix jours consécutifs, il a tenté de joindre plusieurs centres de vaccination, à Mauléon, Saint-Palais, Saint-Jean-Pied-de-Port et même Oloron. Il n'a jamais eu de réponse. Fin janvier, il a écrit à l'Agence régionale de Santé mais son courrier est resté lettre morte.

"Nous sommes quand même un public fragile !" s'étonne Philippe Etchegoyhen

Inquiétudes et incompréhension

Philippe Etchegoyhen ne comprend pas qu'on puisse laisser les gens sans aucune réponse : "ce qui est insupportable, ce n'est pas de dire qu'on ne peut pas tout faire en même temps, c'est de fermer la porte à tous ces gens". Mais ce qui inquiète le plus l'octogénaire souletin, c'est de voir que des personnes de son âge, voire plus, baissent les bras. Il entend de plus en plus : "ah ! il faudra bien mourir de quelque chose !". D'où le coup de gueule de Philippe qui ne demande que la création de listes d'attente finalement. "Je crois que de ne pas dire quelque chose au gens, c'est les inciter à oublier le problème !"

Pas de formule magique

Contactée, l'Agence Régionale de Santé explique ne pas avoir trouvé de "formule magique". Elle recommande effectivement aux centres de vaccinations de créer des listes d'attente, mais "chaque centre fait en fonction de ses moyens". Pour autant, elle se félicite que la vaccination aille bon train dans les Pyrénées-Atlantiques : 22.378 personnes de plus de 75 ans ont reçu au moins une injection, soit 27,1% de cette tranche d'âge. Et l'ARS se veut rassurante : des livraisons en doses plus importantes sont attendues pour la mi-avril.

Au total, 34.618 personnes ont été vaccinées dans le département, soit 5,1 % de la population.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess