Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Déconfinement : coronavirus dans l’air ? Les marins-pompiers de Marseille ont peut-être un début de réponse

-
Par , France Bleu Provence

Avec l’aide de la start-up C4Diagnostics, ils ont réalisé plus de 1.000 prélèvements, notamment dans l’air. Ces derniers se sont tous révélés négatifs.

Marins pompiers de Marseille
Marins pompiers de Marseille © Radio France - Laurent Grolée

Si Marseille est décidément au cœur de cette lutte contre la pandémie de Covid-19, c’est pour une raison. Elle regorge d’initiatives pour venir à bout du virus. La première est connue. Elle concerne le traitement, celui du professeur Raoult, partisan de l’hydroxychloroquine. La deuxième initiative est pour le moment plus discrète, mais elle ne devrait pas le rester puisqu’elle concerne le déconfinement qui se rapproche (prévu normalement le 11 mai). 

Pour le réussir, et c’est une première en Europe, les marins-pompiers de Marseille se sont associés à la start-up C4Diagnostics pour monter le projet COMETE (Covid-19 environnemental tests). Depuis le début du mois d’avril, ils ont réalisé plus de 1.000 prélèvements sur des surfaces, mais aussi dans l’air. 

Les prélèvements dans l’air tous négatifs

C’est l’une des grandes questions de cette pandémie : le Covid-19 circule-t-il dans l’air ? "A priori, non, glisse avec prudence Younes Lazrak, le patron de C4Diagnostic. On ne peut pas encore le dire avec certitude. Il faudra faire encore plus de tests pour en être sûr. Plus on en aura, plus on pourra confirmer cette tendance, c’est la loi du nombre." 

C4Diagnostics et les marins-pompiers de Marseille ont prévu d’augmenter leur capacité de tests. Et Younes Lazrak a bon espoir : "Dans trois semaines, nous devrions arriver à plus de 500 tests par jour."

Une petite partie des prélèvements de surface positifs

Parmi les plus de 1.000 prélèvements réalisés jusqu’à présent dans le cadre de ce projet COMETE, il y a bien sûr les tests aériens, mais aussi les tests de surface. "4 à 5% d’entre eux se sont révélés positifs", indique le contre-amiral Patrick Augier, commandant du Bataillon des marins-pompiers de Marseille. 

Ce dernier espère que ces prélèvements seront effectués à plus grande échelle, dans des écoles ou des lieux de travail : "Notre objectif, c’est de redonner confiance aux gens pour qu’ils retournent au travail, pour qu’ils n’aient pas peur de remettre leurs enfants à l’école. C’est comme ça qu’on réussira le déconfinement."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess