Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : dans la Loire, près de 27% de la population a reçu au moins une dose de vaccin

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Un quart de la population française a reçu au moins une injection de vaccin contre le coronavirus, un peu plus de quatre mois après le lancement de la campagne. Dans la Loire, la couverture vaccinale (pour une première injection) était au 4 mai 2021 de 26,6%, et de 26,4% en Haute-Loire.

L'entrée du vaccinodrome de Saint-Étienne, à la salle omnisports.
L'entrée du vaccinodrome de Saint-Étienne, à la salle omnisports. © Radio France - Tifany Antkowiak

Un Français sur quatre a reçu au moins une injection d'un vaccin anti-Covid-19 selon les données de Santé Publique France du 5 mai 2021. Dans la Loire et la Haute-Loire, la couverture vaccinale est semblable, avec 26,6% de personnes ayant reçu au moins une dose dans la Loire, et 26,4% en Haute-Loire selon les décomptes de Santé Publique France au 4 mai.

"Ce n'est pas parce qu'on est vacciné qu'on peut faire n'importe quoi"

Les Ligériens qui ont déjà pu se faire vacciner ne sont pas forcément rassurés pour autant. À la sortie du centre de vaccination installé à la salle omnisports de Saint-Étienne, le plus grand de la Loire, Geneviève et Jean-Luc assurent que malgré leur première injection, ils comptent respecter encore strictement les gestes barrière. "Ce n'est pas parce qu'on est vacciné qu'on peut faire n'importe quoi... quand on voit les fêtes où les personnes se réunissent sans masque, c'est jouer avec le feu", commente le couple qui reviendra au vaccinodrome le 16 juin pour la deuxième injection.

Élargir dès à présent la vaccination à tout le monde

Sandrine aussi sait qu'elle doit rester prudente. Elle aussi vient de recevoir sa première dose, "pas par obligation mais par devoir, parce que j'ai envie de retrouver un peu de liberté, un peu de la vie d'avant", explique-t-elle. La quadragénaire, qui entre dans les publics avec comorbidités, considère d'ailleurs que la vaccination devrait désormais être ouverte à tout le monde. "On entend dire que des doses se perdent alors franchement, autant vacciner tout le monde, _il faut que ça aille plus vite_", ajoute-t-elle, avec l'espoir de pouvoir profiter d'un été presque normal. Alain aussi souhaite voir la vaccination ouverte à tous dès maintenant, ce qui est pour l'instant prévu à partir du 15 juin. "Les gens prioritaires qui ne l'ont pas encore fait c'est qu'ils ne veulent pas se faire vacciner", lâche ce septuagénaire venu de Chirassimont pour recevoir sa deuxième dose de vaccin à Saint-Étienne. 

Le président du Conseil départemental de l'Ordre des médecins dans la Loire partage cet avis. "Les gens qui ont été priorisés, s'ils ne sont toujours pas vaccinés, il y a deux solutions : soit vraiment ils ont des difficultés d'accès aux centres et dans ce cas il faut qu'ils se signalent auprès de leur médecin traitant ou de l'assurance maladie, sinon c'est qu'ils ne veulent pas se faire vacciner donc arrêtons d'essayer de convaincre des gens qui ne veulent pas et si d'autres le veulent, nous médecins, nous devons les protéger", commente Jean-François Janowiak. Il se réjouit donc de l'assouplissement de la vaccination annoncé par Emmanuel Macron pour les doses restantes, ouvertes à tous sans limite d'âge à partir du 12 mai

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

36.000 doses disponibles dans la Loire la semaine prochaine

D'autant qu'il a mal vécu le fait de devoir refuser des volontaires à la vaccination dimanche 2 mai au vaccinodrome de Saint-Étienne. "Aujourd'hui quelqu'un qui a menti, qui a dit qu'il avait une comorbidité et qu'il n'en a pas, qui a pris son rendez-vous, qui s'est déplacé au centre de vaccination, et qui se trouve devant moi et que moi médecin, je lui dis "non vous ne rentrez pas la case administrative", je ne le supporte plus et je ne le ferai plus", ajoute Jean-François Janowiak. 

Le président du Conseil départemental de l'Ordre des médecins dans la Loire assure qu'il n'aurait pas tenu ces propos en janvier, quand les vaccins arrivaient au compte-gouttes. Mais désormais, il y a selon lui suffisamment de doses : 32.000 pour la semaine écoulée dans la Loire et 36.000 pour la semaine à venir. "Il suffit de regarder sur les sites de réservation dans les centres, sur certains sites, vous avez _des plages de réservation sont encore disponibles à deux ou trois jours_", ajoute-t-il. 

-
- © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess