Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : dans les coulisses de la logistique des vaccins à l'hôpital de Niort

-
Par , France Bleu Poitou

C'est à l'hôpital de Niort que se trouve le "super-congélateur" permettant de conserver le vaccin Pfizer/BioNTech. Le centre hospitalier gère la logistique pour livrer les centres de vaccination et certains ehpad des Deux-Sèvres.

Des pains de glace ont été installés pour faire une sorte "d'igloo" autour des vaccins
Des pains de glace ont été installés pour faire une sorte "d'igloo" autour des vaccins © Radio France - Noémie Guillotin

La vaccination contre le covid-19 est entrée dans une nouvelle phase ce lundi 18 janvier avec l'ouverture aux personnes âgées de plus de 75 ans hors ehpad. L'occasion pour France Bleu Poitou de pousser les portes d'un lieu clé de cette campagne de vaccination dans les Deux-Sèvres : la pharmacie de l'hôpital de Niort. C'est là que sont stockées les doses du vaccins Pfizer/BioNTech dans un "super-congélateur" à - 80 degrés. Ces doses sont ensuite livrées aux centres de vaccination et à une partie des ehpad du département.

"Il y une serrure, un gros cadenas et il est scellé au mur pour éviter tout vol ou dégradation", explique Sylvain Rajezakowski pharmacien, chef de service à l'hôpital de Niort. Des pains de glace entourent les plateaux de flacons "on a fait comme un igloo", souligne Marie Bastides, pharmacien à l'hôpital. La température est contrôlée. "Des sondes font un suivi en continu de la température. On a un enregistrement des courbes de températures et on les contrôle tous les jours. Et une alarme pour tout dysfonctionnement, panne électrique, panne moteur", explique Sylvain Rajezakowski. 

Le congélateur est fermé par une serrure, un cadenas et il est fixé au mur
Le congélateur est fermé par une serrure, un cadenas et il est fixé au mur © Radio France - Noémie Guillotin

Le maître-mot quand on utilise le congélateur c'est d'être rapide - Sylvain Rajezakowski pharmacien, chef de service à l'hôpital de Niort

Avec des gants pour se protéger du froid, il faut aller vite pour sortir les petits flacons. Chaque flacon contient cinq doses. Direction ensuite la chambre froide pour la décongélation. Le vaccin est ensuite utilisable pendant cinq jours. "On essaie de faire les décongélations au plus près, de manière à ce que chaque centre ait la péremption la plus longue possible pour assurer ses vaccinations", explique le responsable de la pharmacie. Une opération réalisée au maximum deux fois par jour sauf urgence.

Dans les Deux-Sèvres, les pompiers du SDIS 79 sont chargés du transport des vaccins. Là, les flacons doivent rester entre 2 et 8 degrés.

Approvisionnement chaque semaine

Un stock de départ à été alloué à l'hôpital de Niort par Santé Publique France de 6825 doses. Ensuite, des livraisons sont prévues chaque semaine. "Elles tiennent compte de notre consommation et des besoins. On serait plus dans l'ordre de 2000 vaccins chaque semaine en rythme de croisière mais cela peut évoluer", précise Sylvain Rajezakowski.

Quant aux retards annoncés dans les livraisons du vaccin Pfizer/BioNTech, le chef de la pharmacie de l'hôpital estime que "l'impact reste modéré. A notre niveau on n'a pas eu de chiffre d'impact par rapport à ces problèmes qui sont normalement limités à cette semaine. Mais avec la dotation qui nous a été allouée au départ on pourra piloter le stock sans difficultés majeures".

Les vaccins sont livrés à l'hôpital par plateau de 195 flacons, l'équivalent de 975 doses
Les vaccins sont livrés à l'hôpital par plateau de 195 flacons, l'équivalent de 975 doses © Radio France - Noémie Guillotin

Plus de souci non plus au niveau des aiguilles, seringues. "Initialement, le matériel n'était pas optimal mais on a reçu une livraison de Santé Publique France", indique Sylvain Rajezakowski.

L'hôpital de Niort qui ne dispose pas encore de l'autre vaccin autorisé en France, Moderna et dont les conditions de conservation sont moins strictes. "Nous allons installer un nouveau congélateur pour stocker des quantités importantes de vaccins. On attend encore car pour l'instant ce sont les régions les plus en tension qui sont livrées en premier", explique le responsable de la pharmacie de l'hôpital. La Nouvelle-Aquitaine n'en fait pas partie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess