Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : davantage d'effets secondaires avec les vaccins AstraZeneca au CHU de Poitiers

-
Par , France Bleu Poitou

Au CHU de Poitiers, cela fait deux semaines que les personnels soignants reçoivent les injection de vaccins anti-covid AstraZeneca, et comme ailleurs, les effets secondaires sont plus accentués. Pas de risque pour le vacciné mais le centre hospitalier a dû s'adapter pour éviter trop d'arrêts maladie

A Poitiers, le personnel du CHU se fait vacciner avec des doses de vaccin AstraZeneca (photo d'illustration)
A Poitiers, le personnel du CHU se fait vacciner avec des doses de vaccin AstraZeneca (photo d'illustration) © Radio France - Anthony Michel

A Poitiers, cela fait deux semaines environ que le CHU a commencé à vacciner ses personnels avec les doses du laboratoire AstraZeneca. Et dès les premières injections le 8 février, on a recensé des effets secondaires plutôt forts : fièvre à plus de 40 degrés et grosse fatigue notamment. Les études montrent que les effets secondaires n'entament pas l'efficacité du vaccin anti-covid, mais comme dans d'autres hôpitaux de France, ces réactions vives au vaccin suédo-britannique ont entraîné des arrêts maladies parmi les effectifs. Il a donc fallu s'adapter très vite. 

Plus d'un millier de personnels vaccinés en 15 jours

A ce jour, plus d'un millier de professionnels, personnels de santé et du médico-social de moins de 65 ans, ont été vaccinés sur les quatre sites dédiés du CHU dans la Vienne (Poitiers, Loudun, Châtellerault et Montmorillon), et, selon l'établissement hospitalier pictave, le taux d'incidence des effets secondaires serait dans la moyenne nationale, autour de 10%, soit une centaine d'effets secondaires ressentis sur le millier de professionnels médicaux vaccinés dans le département, libéraux inclus.

Des arrêts maladies mais pas de dysfonctionnement

Céline Laville est la presidente nationale et poitevine de la CNI, coordinationale nationale infirmière, syndicat des professionnels de santé. Elle reconnaît que les personnels de santé, particulièrement exposés, attendaient la vaccination avec impatience, ne serait-ce que pour se sentir protégés face au risque accr de contamination mais elle regrette les conséquences de l'AstraZeneca

"C'est quand même dommage de se faire vacciner et d'être obligés de se retrouver en arrêt maladie pendant trois jours avec un jour de carence"

Pour ce qui est des effets secondaires, elle précise toutefois que les personnels vaccinés sont plus jeunes, et qu'ils ontde faitune meilleure réponse immunitaire au vaccin". Et c'est ce qui exlique ces effets secondaires, selon elle. 

Echelonner la vaccination au sein d'une même équipe

Au CHU de Poitiers pour éviter trop d'arrêts maladie dans un même service on a demandé aux personnels d'échelonner la vaccination : pas toutes  les personnes d'une même équipe en même temps. Le service communication de l'établissement pictave rappelle que les personnels de santé peuvent se faire vacciner sur quatre sites sans avoir besoin de prendre rendez-vous au préalable. 

Pas de chiffre précis sur le nombre d'arrêts maladie potentiellement liés au vaccin d'AstraZeneca. D'abord à cause du secret médical : la direction ne sait pas toujours ce qui cause l'arrêt maladie, et légalement n'a pas à le savoir. Et puis quid des personnels qui se font vacciner la veille d'un week-end ou de jours de repos ? Pour l'instant pas de chiffres donc, et surtout pas de décision radicale : dans le Grand Ouest, au moins trois établissements hospitaliers ont suspendu l'administration des vaccins AstraZeneca auprès de ses personnels. Ce qui n'est pas le cas du CHU de Poitiers.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess