Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : de nouveaux tests rapides, jugés fiables, sont déployés aux urgences du CHR d'Orléans

-
Par , France Bleu Orléans

Des tests antigéniques sont, depuis peu, utilisés au service des urgences de l'hôpital d'Orléans pour faciliter le dépistage des patients et ainsi faire face à l'épidémie de coronavirus. Au préalable, une étude a été menée au sein du CHRO. Explications.

Une étude a été menée au CHR d'Orléans avant de déployer ces tests rapides aux urgences.
Une étude a été menée au CHR d'Orléans avant de déployer ces tests rapides aux urgences. © Radio France - Anne Oger

Afin de lutter contre l'épidémie de coronavirus, des tests antigéniques, dits rapides, sont, depuis peu, déployés aux urgences de l'hôpital d'Orléans. Début octobre, ces tests ont été validés par la Haute autorité de santé

Une étude préalable sur 226 patients

Avant de mettre en œuvre ces tests au service des urgences, pendant quelques semaines une étude a été menée par l'unité de microbiologie, virologie et parasitologie et le service des maladies infectieuses et tropicales. Il s'agit de la toute première étude en France sur ces tests, appliquée à 226 patients. Parmi ces patients, 120 avaient été dépistés positifs au Covid-19 par des tests PCR. Le travail des scientifiques a consisté à vérifier si les tests antigéniques donnaient les mêmes résultats. "Sur ces 120 patients positifs, il y en a seulement quatre qui ont eu un résultat faussement négatif, ce qui reste très peu, on est au-dessus des recommandations de l'OMS" indique le Dr Prazuck, chef du service des maladies infectieuses. En définitif, selon les scientifiques ces tests rapides sont fiables à 98,2%

Le Dr Laura Courtellemont, biologiste à l'hôpital d'Orléans et le Dr Thierry Prazuck, chef du service des maladies infectieuses.
Le Dr Laura Courtellemont, biologiste à l'hôpital d'Orléans et le Dr Thierry Prazuck, chef du service des maladies infectieuses. © Radio France - Lauriane Havard

Tester plus rapidement et faciliter la prise en charge

Pour les patients, ces tests antigéniques fonctionnent de la même manière que les tests PCR. Un écouvillon est placé au fond du nez pour chercher la présence du virus. Ce qui diffère, c'est la rapidité du résultat : en seulement quelques minutes, le patient peut savoir s'il est positif ou non. "Une fois qu'on a retiré l'écouvillon du nez du patient, on le place dans un liquide. Ensuite, cette solution est déposée sur une bandelette et on voit rapidement apparaître le résultat, un peu comme un test de grossesse" explique Laura Courtellemont, biologiste au CHR d'Orléans. 

Les urgentistes sont ravis car avec ces tests, cela permet de dépister rapidement et d'envoyer directement le patient dans le service approprié

Depuis un peu plus d'une semaine, ces tests antigéniques sont utilisés par les soignants du service des urgences de l'hôpital. Alors que l'automne est là et que l'hiver approche, les symptômes grippaux peuvent semer le trouble avec ceux de la Covid-19. "Dans ce contexte, les urgentistes sont ravis car avec ces tests, cela permet de dépister rapidement et d'envoyer directement le patient dans le service approprié" se satisfait le Dr Thierry Prazuck. 

Un des tests antigéniques utilisés au service des urgences du CHRO.
Un des tests antigéniques utilisés au service des urgences du CHRO. © Radio France - Lauriane Havard

Cette première étude réalisée à l'hôpital d'Orléans ainsi que la mise en œuvre de ces tests constituent une preuve scientifique, sur laquelle pourra s'appuyer le ministère de la Santé. L'utilisation des tests antigéniques pourrait, à l'avenir, être élargie. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess