Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : de retour de vacances, une famille de Pibrac (Haute-Garonne) confinée... ou presque

-
Par , France Bleu Occitanie

Une famille de Pibrac (Haute-Garonne) a fait escale à Singapour (zone rouge) en rentrant de vacances à Bali. Depuis une semaine, la maman et les trois enfants sont confinés à la maison en cette période d'épidémie de Coronavirus. Le papa, lui, va toujours au travail.

Illustration.
Illustration. © Maxppp - PHOTOPQR/NICE MATIN/MAXPPP

Ils ne sont pas forcément inquiets mais ont du mal à comprendre la logique des recommandations et des décisions prises depuis cette crise sanitaire du Coronavirus. Carole, son mari et ses trois filles, sont rentrés de Bali le weekend dernier. A Pibrac, dans la banlieue toulousaine, quatre des cinq membres de la famille doivent rester à la maison.

Carole : "Il y a des choses un peu surprenantes"

"On est rentrés de Bali. On a fait une escale à Singapour. On devait rester une heure pour changer d'avion et finalement on a eu un problème technique et on est restés quasiment 24 heures. Le lundi, les filles sont allées à l'école normalement. Les recommandations de confinement sont tombées en fin de journée et ensuite, elles sont rentrées à la maison", explique Carole. 

La maman doit elle aussi, après décision de son employeur, rester chez elle pendant 14 jours. Son mari, lui, n'a eu aucune consigne et peut travailler normalement : "Il s'est interrogé quand le mardi on est toutes rentrées à la maison. C'est un peu surprenant la manière d'appliquer les choses. C'est assez paradoxal. Quand on entend que des Italiens viennent assister à un match de foot. Il y a des choses un peu surprenantes sur la manière de traiter le truc." 

Les filles du couple n'ont plus le droit de faire d'activités sportives dans les clubs où elles sont licenciées. Elles vont devoir rester confinées jusqu'au 8 mars avec leur maman. 

"Pas trop d'informations sur le test"

Confinée chez elle, Carole aimerait avoir un peu plus d'informations : "J'aimerais bien savoir pourquoi on ne peut pas faire les tests plutôt que d'être confinés 14 jours. Surtout quand on entend qu'il va y avoir la possibilité de se déclarer en arrêt maladie pour ceux qui ne peuvent pas faire de télé-travail. Est-ce que ce ne serait pas plus simple de faire un test ? Combien ça coûte ? Pour voir si les gens sont porteurs ou pas", s'interroge-t-elle.

"C'est long mais aucune inquiétude"

Aucune raison de s'alarmer pour autant après ces 24 heures passées à Singapour. Cette famille de Pibrac ne présente aucun symptôme. "On prend notre température. On n'a vraiment pas d'inquiétude. A la rigueur, c'est plus la suite de l'épidémie en France qui nous inquiète." 

En revanche, il faut s'occuper et s'organiser : "C'est un peu long. J'ai trois enfants. Toute la journée dans la maison, c'est un peu pesant. Après, il y a aussi des gens qui sont venus à la maison dire bonjour, qui n'ont pas peur du truc. Cela reste quand même à la marge. Ce qui n'est pas prévu c'est au niveau des devoirs. Ma fille aînée en terminale a son professeur de mathématiques qui lui envoie des cours." 

Pour cette maman et ses trois filles, encore une semaine à passer confinées à la maison. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu