Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : des auxiliaires de vie au contact des plus fragiles sans protection

-
Par , France Bleu Pays d'Auvergne

Jugées non prioritaires dans la distribution des masques, beaucoup d'auxiliaires de vie travaillent aujourd'hui dans des conditions qu'elles estiment dangereuses pour leur santé et celle des personnes qu'elles accompagnent.

Aide à domicile. Photo d'illustration
Aide à domicile. Photo d'illustration © Maxppp - SALESSE Florian

Elles font déjà un métier difficile et mal rémunéré, aujourd'hui les auxiliaires de vie à domicile se retrouvent en première ligne face à l'épidémie de Coronavirus. Considérées comme essentielles pour assurer le maintien à domicile de personnes fragiles ou vieillissantes, mais pas prioritaires pour bénéficier du matériel de protection.

Des masques uniquement en cas de maladie

"Six flacons de gel hydroalcoolique distribués pour une vingtaine d'employées, on fait des courses, on les range chez les gens, sans protection, on nous dit juste de bien se laver les mains", raconte cette auxiliaire de vie qui visite cinq personnes par semaine dans les Combrailles. "Difficile de rester à distance d'1 mètre pendant une douche ou une toilette. Je pense que nous ramenons nous-même le virus chez les personnes dont on s'occupe, mais nous suivons les directives", se désole-t-elle. Elle et ses collègues ont bien reçu quelques masques, mais à n'utiliser que si la personne visitée est atteinte du Covid-19 ou en présente les symptômes.

Des auxiliaires de vie en manque de matériel de protection. Reportage Juliette Micheneau

Un service qui tient tant qu'aucune n'est malade

Une situation sanitaire précaire décrite aussi par Michel Sauvade, président d'une antenne ADMR, association d'aide au maintien à domicile qui couvre quatre communes autour de Marsac-en-Livradois, au Sud d'Ambert. Lui n'ont plus n'a pas réussi à obtenir des masques. "Lorsque j'ai contacté localement la pharmacie, on m'a indiqué qu'il y avait un ordre de priorités et les services à la personne ne se retrouve pas dans les premiers". 

Michel Sauvade, président d'une antenne ADMR, association d'aide au maintien à domicile à Marsac-en-Livradois

Dans cette zone rurale du Livradois, sur 40 personnes bénéficiaires du service d'aide à domicile, un tiers reçoit encore des visites à domicile et on croise les doigts pour qu'aucune auxiliaire de vie ne tombe malade reconnaît Michel Sauvade. "Pour l'association, j'ai trois auxiliaires de vie. Au pire si j'en ai une seule, j'arriverai à me débrouiller, mais ça veut dire qu'on va réveiller les premiers à 7 heures et les derniers à 9 heures du matin. En dessous de deux auxiliaires de vie, je ne tiens pas le service correctement."

Des masques livrés par le Conseil Départemental

Ce mardi, le Conseil Départemental du Puy-de-Dôme a commencé la distribution de 9000 masques essentiellement à destination des services d'aide à domicile, suite à une commande effectuée par l'Agence Régionale de Santé. Des boîtes de masques doivent également servir aux établissements médico-sociaux et aux Ehpad.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu