Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : dix malades du Grand-Est admis dans les hôpitaux de Bayonne et Pau

Dimanche, en fin d'après-midi, l'hôpital de Bayonne a pris en charge six personnes malades transférées depuis la région Grand-Est. À Pau, ce sont quatre patients qui ont été hospitalisés.

Les premiers patients sont arrivés un peu avant 18h à l'hôpital de Bayonne
Les premiers patients sont arrivés un peu avant 18h à l'hôpital de Bayonne © Radio France - Stéphane Garcia

Le fin d'un long chemin. Dix patients, partis de la région Grand-Est en début de journée, ont été accueillis dimanche soir dans les hôpitaux de Bayonne (6) et de Pau (4). Le matin, deux TGV médicalisés étaient partis de Mulhouse et Nancy, avec 36 malades à leur bord, en direction de la Nouvelle-Aquitaine, pour soulager les hôpitaux de l'est de la France, fortement mobilisés contre le coronavirus.

La première partie du transfert jusqu'à Bordeaux s'est réalisée en train, dans lequel d'ailleurs trois personnes du services des urgences de Pau  étaient présentes pour assister. La seconde partie s'est passée sur la route. Ce sont des ambulances qui sont allés chercher ces malades à la gare, contrairement à ce qui était prévu initialement. Six ambulances (quatre du SAMU et deux privées) sont parties en fin de matinée dimanche du Pays Basque. Quatre depuis le Béarn pour rallier la Gironde avant l'arrivée du train. En tout, une quarantaine de soignants - médecins, infirmiers, conducteurs - étaient mobilisés dans ces véhicules.

Plus de places en réanimation

Une fois l'un des deux trains arrivés en gare de Bordeaux, aux alentours de 15 heures, un cordon sanitaire, mis en place, a permis d'assurer la continuité des soins pendant qu’on chargeait ses malades, venus de l’Est, dans les ambulances. 

Quatre ambulances du SAMU ainsi que deux ambulances privées ont fait la navette avec l’hôpital de Bayonne
Quatre ambulances du SAMU ainsi que deux ambulances privées ont fait la navette avec l’hôpital de Bayonne © Radio France - Stéphane Garcia

Des véhicules médicalisées, arrivés pour les premiers avant 18 heures au Centre Hospitalier de la Côte Basque à Bayonne pour transportés des personnes parties le matin de Nancy. Aux alentours de 19 heures au CH de Pau. Tous, accueillis aux urgences avec une dizaine de minutes d’intervalle à chaque fois. Afin d'optimiser la prise en charge de chaque patient, prendre le temps de s’en occuper.

Sur place, devant les hôpitaux, pas de sas ni de mesure exceptionnelle, mais des équipes déjà prêtes. Équipées de blouse, sur-blouse, masque et gant. Le transfert de l'ambulance dans l'établissement est rapide. Quelques minutes tout au plus, avant d'emmener les patients directement dans les services de réanimation. À Bayonne, les 20 lits du service réanimation sont tous équipés d’un respirateur. 18 autres appareil sont déjà prêts, en vue d’étendre les capacités d’accueil jusqu'à 39 places dans les prochains jours.

Les ambulances sont arrivées avec, à chaque fois, une dizaine de minutes d'intervalles
Les ambulances sont arrivées avec, à chaque fois, une dizaine de minutes d'intervalles © Radio France - Stéphane Garcia
Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu