Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus en Centre-Val de Loire : quels départements pourraient être à nouveau confinés ?

En ce mercredi, jour de conseil de défense, de nouvelles restrictions vont-elles intervenir? Les taux d'incidence sont en hausse, et d'autres indicateurs montrent également une reprise nette de l'épidémie de coronavirus en Centre-Val de Loire.

La tension hospitalière est très forte dans le Loiret et en Eure-et-Loir dans le Centre-Val de Loire
La tension hospitalière est très forte dans le Loiret et en Eure-et-Loir dans le Centre-Val de Loire © Maxppp - A. Dumontier

Un ou plusieurs départements du Centre-Val de Loire vont-ils être contraints de se reconfiner? Les six départements de la région ne sont pas logés à la même enseigne face à ce qu'on peut désormais appeler une nouvelle vague épidémique de coronavirus. Le gouvernement a déjà assuré qu'il pourrait prendre de nouvelles mesures pour des départements, en plus des 16 déjà sous restrictions. Lors de conférence de presse de Jean Castex et Olivier Véran la semaine dernière, l'Eure-et-Loir était déjà sous tension. La situation s'est encore dégradée. Les inquiétudes portent aussi sur le Loiret, l'Indre-et-Loire et le Loir-et-Cher.

Taux d'incidence par département et dans les 22 plus grandes métropoles en France métropolitaine

Le gouvernement avait promis de nouvelles restrictions si les taux d'incidence dépassaient les 250 cas pour 100.000 habitants. Trois départements sont dans ce cas en Centre-Val de Loire : l'Eure-et-Loir (326 cas), l'Indre-et-Loire (280) et le Loir-et-Cher (274). Le Loiret et le Cher fleurtent avec les 200 cas pour 100.000. L'Indre est à 157 cas. Pour s'arrêter sur l'Indre-et-Loire, le taux d'incidence est en très nette augmentation sur les quinze derniers jours, au retour des vacances scolaires. Pour le Loiret, la tendance est également à la hausse, mais encore maitrisée. Idem pour le Cher. L'Indre fait finalement figure d'exception, avec un taux relativement bas, passé de 96 cas pour 100.000 habitants le 12 mars, à 157 cas le 23 mars, bien loin des 218 cas recensés à la mi-février.

Les 20 - 29 ans, désormais les plus touchés par le coronavirus

Avec les campagnes de vaccination qui se sont attachées à viser d'abord les plus de 75 ans et les personnes atteintes de comorbidités, il y a désormais une nouvelle cartographie de la contamination par tranche d'âge. Les séniors ne sont plus les plus atteints, ce sont les jeunes de 20 à 29 ans dans tous les départements du Centre-Val de Loire (détail par tranche d'âge pour chaque département dans le graphique ci-dessous). Certains évoqueront un relâchement de cette population, un retour des étudiants partiellement à l'université, mais aucune étude n'explique fermement pourquoi maintenant les plus jeunes sont les plus touchés. 

Encore une fois, l'Eure-et-Loir est le département qui interpelle le plus avec des taux de contamination très élevés dans toutes les tranches d'âge, au-delà des 350 cas pour 100.000 habitants entre 10 ans et 59 ans. L'Eure-et-Loir fait partie des départements où les seuils d'alerte sont largement franchis, notamment à l'hôpital.

La tension hospitalière forte dans le Loiret et l'Eure-et-Loir

Au-delà du chiffre brut du taux d'incidence qui montre la propagation du virus dans un secteur géographique donné, il est important de s'attarder sur la tension hospitalière. C'est un pourcentage d'occupation des lits de réanimation. Si le nombre est supérieur à 100%, cela veut dire que les patients Covid-19 occupent plus de lits de réanimation qu'il n'y en avait avant l'épidémie.

Sur la carte ci-dessus, selon les données fournies par Santé Publique France au 23 mars, la tension hospitalière est très inquiétante en Eure-et-Loir (165%) mais aussi dans le Loiret avec 110%. Dans les quatre autres départements du Centre-Val de Loire, les services de réanimation ne sont pas saturés. L'Indre-et-Loire est le département avec le plus faible taux de tension hospitalière, malgré un taux d'incidence très élevé. 152 personnes sont en réanimation dans la région. Là encore, le Berry est préservé avec "seulement" 13 patients en réanimation, sept dans le Cher, six dans l'Indre.

Quels indicateurs prendra en compte le gouvernement pour trancher? 

Le Berry semble pour l'instant épargné et devrait échapper sans mal à de nouvelles restrictions. Si le gouvernement décide un nouveau tour de vis, on imagine mal l'Eure-et-Loir ne pas rejoindre le contingent des départements où les commerces non-essentiels sont fermés et les déplacements limités, cette semaine ou prochainement. Pour les trois autres départements, l'interrogation reste entière. Sur le taux d'incidence, l'Indre-et-Loire devrait y passer mais la tension hospitalière est encore tenable, comme dans le Loir-et-Cher. A l'inverse, l'hôpital de Orléans est sous tension, mais le taux d'incidence est encore maîtrisé dans le Loiret.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess