Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus en Gironde : la crise sanitaire relance le débat sur l'hôpital des armées Robert-Picqué

-
Par , , France Bleu Gironde

L'hôpital Robert-Picqué, à Villenave-d'Ornon, est voué à la fusion avec un autre établissement. Mais pour les opposants au projet, il a suffisamment montré son utilité pendant la crise du Covid-19 pour qu'on lui épargne la fusion.

Le projet Bahia, projection.
Le projet Bahia, projection.

La crise du Covid-19 relance en Gironde la polémique sur le projet de fusion entre deux établissements de la métropole bordelaise : l'hôpital des armées Robert-Picqué, à Villenave-d'Ornon, et la Maison de Santé Bagatelle à Talence. En 2023, le projet nommé BAHIA doit amener à la fusion complète des activités et des personnes, pour un établissement unique de 1.400 salariés.

Pour les opposants au projet, la crise sanitaire actuelle est un solide argument pour exiger la survie de l'hôpital militaire, qui a prouvé son utilité en accueillant des malades du coronavirus venus du Grand Est, explique Bernard Coadou, membre fondateur du collectif La Santé, un droit pour tous. Mais la préfète de la Gironde Fabienne Buccio, interrogée ce mercredi, reste ferme sur le projet BAHIA. "C'est un bon projet" assure-t-elle, expliquant qu'il ne s'agit pas de démanteler mais de moderniser. 

Désaccord sur le nombre de lits dans le projet

Pour Bernard Coadou, les capacités d'accueil en temps de crise seront diminuées par la fusion des deux établissements. "Il y a une diminution de plus de 100 lits hospitaliers" affirme-t-il. "Cela veut dire qu'on ne tire pas les leçons de cette pandémie (...) c'est profondément dommage." La préfète de la Gironde le contredit. "Il y aura les lits en nombre suffisant, voire en plus par rapport au projet précédent" promet-elle. "On remet aux normes d'aujourd'hui tout cet ensemble. C'est très positif pour la région Nouvelle-Aquitaine d'avoir un hôpital avec cette expérience commune militaire et civile."

Les opposants au projet Bahia ont déposé un recours devant le tribunal administratif, contre l'avis favorable voté l'automne dernier par les élus de Bordeaux Métropole.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess