Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : en Ille-et-Vilaine, la CPAM a traité 34 000 dossiers d'arrêts de travail pour garde d'enfants

-
Par , France Bleu Armorique

Pendant la crise du Covid-19, la CPAM d'Ille-et-Vilaine a géré le versement de fonds pour payer les salariés des hôpitaux publics et privés. Elle a aussi géré 35.300 dossiers d'arrêts de travail pour garde d'enfants, soit 20% de plus qu'en temps normal.

Didier Gilbert, le président de la CPAM en Ille-et-Vilaine
Didier Gilbert, le président de la CPAM en Ille-et-Vilaine © Radio France - Céline Guétaz

"Les 900 agents de la CPAM étaient aussi en première ligne pendant la crise", rappelle le président de la Caisse d'assurance maladie en Ille-et-Vilaine, Didier Gilbert. Ils recevront d'ailleurs une prime dont le montant n'a pas encore été précisé. Près de la moitié d'entre eux a télétravaillé pour gérer notamment les 34.300 dossiers d'arrêts de travail pour garde d'enfants, soit 20% de plus qu'en temps normal. Ces arrêts de travail ont surtout été déposés en début de crise. Le dispositif du chômage partiel a ensuite pris le relais. 

Des avances de trésoreries pour les hôpitaux publics et privés

On le sait moins, mais c'est la CPAM qui verse les fonds qui permettent de payer les salaires des personnels des hôpitaux publics et privés et les Ehpads. Pendant la crise, il a fallu faire des avances de trésoreries, "pour compenser le manque à gagner, car la plupart des interventions chirurgicales ont été déprogrammées". 3,6 millions d'euros d'aides exceptionnelles ont été versées au CHU de Rennes et au CH de Saint-Malo. Il y a également eu 52 millions d'euros d'avances de trésoreries pour les sept établissements privés (CHP Saint-Grégoire, clinique de la Côte d'Emeraude, polyclinique Saint-Laurent, hôpital privé Sévigné, clinique Philae, clinique du Moulin, clinique de l'Espérance). 

La prime pour les soignants et des aides pour les professionnels de santé du secteur libéral

On en a beaucoup parlé après la crise, certaines soignants ont touché une prime. La CPAM indique avoir versé 8 millions 200 mille euros, dont 5 millions pour le seul CHU de Rennes. Il y a également eu des aides pour les professionnels de santé, et notamment les médecins libéraux qui ont connu une chute d'activité. 

Des équipes de contact tracing pour casser les chaînes de transmission, la solution idéale en cas de deuxième vague - Didier Gilbert, président de la CPAM 35

Depuis le déconfinement, la CPAM a déployé ce qu'on appelle des équipes "contact tracing". Ces agents sont chargés d'appeler les personnes atteintes du Covid. Elles recherchent ainsi toutes les personnes avec lesquelles les patients ont été en contact afin de leur proposer une quatorzaine. Ces équipes de contact tracing travaillent 7 jours sur 7. Depuis le 12 mai, 78 patients et 378 cas contacts ont été identifiés en Ille-et-Vilaine. Actuellement, quatre à cinq agents composent cette équipe, mais en cas de deuxième vague, une quarantaine d'agents sont formés et donc mobilisables. "Cette équipe de contact tracing, c'est le système idéal en cas de deuxième vague. En traçant et isolant les personnes malades, on va réussir à casser la chaîne de transmission. Si on avait eu ce système il y a quatre mois, on n'aurait pas eu besoin de confiner tout le monde", assure Didier Gilbert. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu