Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : dégradation de la situation chez les plus fragiles

Dans son point épidémio régional spécial Covid-19 publié ce vendredi, Santé publique France souligne une "circulation virale toujours importante en Nouvelle Aquitaine avec une dégradation de la situation chez les plus fragiles."

 Les autres pathologies hivernales font monter la pression sur les services de santé dans la région (illustration).
Les autres pathologies hivernales font monter la pression sur les services de santé dans la région (illustration). © Radio France - Lagain Aurelie

Le taux d'incidence est au-dessus du seuil d'alerte depuis fin août en Nouvelle-Aquitaine et il ne cesse d'augmenter avec, pour la semaine du 14 au 20 septembre, un pic à 79,3 personnes infectées pour 100.000 habitants. Santé publique France évoque dans son point épidémio spécial covid-19 publié ce vendredi 25 septembre 2020 "une circulation virale toujours importante avec une dégradation de la situation pour les plus fragiles". Taux d'incidence mais aussi hospitalisations et nombre de personnes en réanimation : la hausse de ces indicateurs se poursuit, en particulier pour les plus âgés. 

L'essentiel du point épidémiologique en Nouvelle-Aquitaine :

  • 75% des personnes hospitalisées pour Covid-19 ont plus de 60 ans
  • La Gironde, les Pyrénées-Atlantiques, les Landes et la Vienne restent en vulnérabilité élevée
  • La pression sur les services d'urgences augmente aussi à cause des pathologies hivernales "traditionnelles"
  • En moyenne, dix nouveaux clusters sont signalés chaque jour

Grande vigilance auprès des personnes âgées

"Si le virus continue de circuler largement chez les jeunes adultes, l’augmentation des cas chez les 75 ans et plus est préoccupante" écrit l'agence de santé publique. "En effet, le taux d’incidence dans cette classe d’âge ne cesse d’augmenter, atteignant 60,8 / 100 000 habitants la semaine dernière. Parmi les personnes actuellement hospitalisées pour Covid-19 en Nouvelle-Aquitaine, près de 75 % ont plus de 60 ans. L’augmentation de ces indicateurs rappellent la grande vigilance à tenir auprès des personnes âgées."

Vulnérabilité élevée pour quatre départements

La Gironde (où la préfète ordonne la fermeture des bars à 22h dans l'agglomération bordelaise), les Pyrénées-Atlantiques, les Landes (où l'on déplore six morts en une semaine) et la Vienne restent en vulnérabilité élevée. Le Lot-et-Garonne, la Haute-Vienne, les Deux-Sèvres, la Dordogne, la Corrèze, la Charente et la Charente-Maritime sont en vulnérabilité modérée. La Creuse est par conséquent le seul département en vulnérabilité limitée.

Les principaux indicateurs de l'évolution du coronavirus en Nouvelle-Aquitaine pour la semaine du 14 au 20 septembre.
Les principaux indicateurs de l'évolution du coronavirus en Nouvelle-Aquitaine pour la semaine du 14 au 20 septembre. - (capture d'écran ARS)

Dix nouveaux clusters par jour

Depuis le mois de septembre, le nombre de clusters signalés chaque semaine en Nouvelle-Aquitaine s’intensifie avec une moyenne de 10 nouveaux clusters signalés par jour. En semaine 38 (du 14 au 20 septembre), 76 clusters ont été signalés. Au 22 septembre 2020, un total de 320 clusters a été comptabilisé

Recours aux soins d'urgences en hausse

Santé publique France observe également que les autres pathologies hivernales font monter la pression sur les services de santé dans la région. Une augmentation de l'activité pour bronchiolite, rhinopharyngite et asthme est observée chez les enfants depuis début septembre et cela se ressent sur l'activité des urgences hospitalières et des associations SOS Médecins. Cette hausse d'activité arrive tôt dans la saison par rapport à l'habitude : les experts de l'agence de santé estiment que "le contexte anxiogène ou une intensification de la transmission des virus après plusieurs mois de confinement pourraient expliquer cette hausse".

Depuis début septembre, précise l'Agence régionale de santé, le nombre de passages aux urgences et les consultations SOS Médecins pour suspicion de Covid-19 sont en augmentation. Le nombre de patients hospitalisés ou en réanimation poursuit son évolution à la hausse, avec une évolution très marquée concernant les nouvelles hospitalisations. 

Les chiffres du coronavirus en infographie 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess