Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : la circulation du virus "tend à ralentir" dans la région

La tendance est à la baisse dans la région, confirme Santé Publique France ce vendredi, dans son point épidémiologique hebdomadaire. Mais attention, la circulation du coronavirus reste très active et hétérogène en Nouvelle-Aquitaine.

Les lycéens seront soumis aux autotests à partir de ce lundi.
Les lycéens seront soumis aux autotests à partir de ce lundi. © Radio France - Mathilde Montagnon

La courbe épidémique du taux d'incidence descend en Nouvelle-Aquitaine, confirme Santé Publique France dans son point épidémiologique ce vendredi, pour s'établir à 135 nouveaux cas pour 100.000 habitants la semaine dernière (semaine 17). Tout en soulignant deux points : il y a eu un jour férié (le 1er mai) durant lequel les labos n'étaient pas ouverts, et la circulation du Sars-CoV-2 "reste très active dans la région et hétérogène sur le territoire". "Le taux d’incidence est toujours bien au-dessus du seuil d’alerte de 50 pour 100 000 habitants et le taux de positivité au-dessus du seuil d’attention de 5 %" complète Santé Publique France. Les dépistages sont en forte hausse chez les moins de 15 ans, et chez les jeunes adultes, en lien avec la reprise des tests dans les établissements scolaires.

Il semble également qu'il y ait eu un peu plus de cas en maisons de retraite et établissements pour handicapés. "En semaine 17, le nombre de nouveaux signalements est en légère augmentation par rapport à la semaine précédente, cependant les données les plus récentes ne sont pas encore consolidées", tempère Santé Publique France. Ces établissements enregistrent sept nouveaux décès depuis le 25 avril dans la région. 

Retrouvez les derniers chiffres par département (parfois plus récents que ceux présentés par Santé Publique France dans son point épidémiologique) et leur évolution dans l'infographie en fin d'article.

Un taux d'incidence en baisse dans tous les départements

Si l'on observe la situation à l'échelle départementale, les taux d'incidence sont partout en baisse. Mais ils restent très variables en fonction des départements. Ce taux variait (toujours pour la semaine du 26 avril au 2 mai) de 77,4 pour 100 000 habitants dans les Landes à 253,8 en Haute-Vienne. Et il était supérieur à 150 dans trois départements : en Haute-Vienne, Deux-Sèvres et Corrèze. Il a légèrement baissé, depuis, en Corrèze (à 138 pour les sept jours précédent le 3 mai).

86% de variant "anglais"

Jeudi dernier, un premier cas de variant "indien" a été détecté dans le Lot-et-Garonne, très vite suivi par deux autres cas, dans le Lot-et-Garonne et en Gironde. Ce mardi, l'Agence régionale de Santé expliquait qu'un patient bordelais, qui revenait de voyage en Inde, avait contaminé trois autres personnes, mais qu'ils se trouvaient tous en quarantaine, la situation étant "sous contrôle". 

Mais la semaine dernière, c'était le variant anglais qui prédominait toujours dans la région, avec une suspicion dans 86% des tests criblés (5.848 dans la région). Près des deux-tiers des tests positifs ont en effet été examinés pour déterminer de quel type de coronavirus le patient était atteint. C'est en Haute-Vienne qu'on retrouve le plus de suspicion de variant anglais (96%). Au niveau régional, dans 3,1% des cas, on suspectait un variant sud-africain ou brésilien. Il serait plus présent en Creuse (12,9%) et en Charente (12,4%), bien qu'en diminution par rapport à la semaine précédente.

Près de 60% des patients hospitalisés ont plus de 70 ans

Au 6 mai 2021, 1.335 personnes étaient hospitalisées pour Covid-19 en Nouvelle-Aquitaine, dont 276 en services de réanimation ou soins intensifs. Des chiffres comparables au deux semaines précédentes. "Après la diminution observée début février, l’occupation des lits pour Covid-19 en Nouvelle-Aquitaine reste stable cette dernière semaine", souligne Santé Publique France. Plus d’un tiers des patients (31,1 %) sont hospitalisés en Gironde. 

Parmi les patients hospitalisés, près de 60% ont plus de 70 ans. Au 4 mai, neuf personnes de moins de 40 ans hospitalisées pour Covid-19 étaient en réanimation (dont deux de moins de 20 ans). "Depuis janvier 2021, une modification des caractéristiques des patients admis en réanimation est observée (rajeunissement et par conséquent modification des profils de comorbidité ; à ce stade il est encore difficile de savoir s’il existe une modification propre des profils de comorbidité qui serait indépendante de l’âge)" explique le bulletin.

Près de 80% des personnes de plus de 75 ans vaccinées

Côté vaccination, en Nouvelle-Aquitaine, plus d'1,7 million de personnes a reçu au moins une dose, soit 26,7%, au 6 mai. La semaine dernière, 78% des personnes âgées de plus de 75 ans ont reçu au moins une dose de vaccin anti-Covid, plus de la moitié étaient complètement vaccinées. "La couverture vaccinale continue de progresser rapidement chez les personnes de 65-74 ans" précise Santé Publique France. Parmi elles, les 70-74 ans ont une couverture de 79% "Au sein de la région, les disparités départementales de couverture vaccinale persistent avec une couverture au moins 1 dose variant de 25,9 % en Gironde (+2,6 points) à 34,2 % dans la Creuse (+4 points)."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess