Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : la prise en compte du lundi de Pentecôte pousse les chiffres à la hausse

Alors que le porte-parole du gouvernement parlait ce mercredi de "signaux d'alertes" en Nouvelle-Aquitaine, Santé Publique France fournit ce vendredi dans son point épidémiologique hebdomadaire des taux d'incidence corrigés pour prendre en compte le lundi de Pentecôte. Et ils sont souvent en hausse.

Les laboratoires d'analyse sont le plus souvent fermés les jours fériés (photo d'illustration)
Les laboratoires d'analyse sont le plus souvent fermés les jours fériés (photo d'illustration) © Radio France - Lucie Thuillet

Y a-t-il réellement un rebond épidémique en Nouvelle-Aquitaine ? Santé Publique France, dans son point épidémiologique hebdomadaire publié ce vendredi, ne tranche pas. Mais le laisse suspecter. Car les données des dernières semaines sont à prendre avec des pincettes, explique l'organisme : "Lorsqu’une semaine comporte un jour férié, les tendances observées peuvent ne pas totalement refléter la dynamique réelle de l’épidémie, avec une possible sous-estimation du taux d’incidence en cas d’évolution à la hausse, voire même une diminution artificielle de celui-ci." C'est pourquoi Santé Publique France a choisi de fournir ce vendredi des taux d'incidence "corrigés" pour la semaine du 24 au 30 mai en Nouvelle-Aquitaine (la méthodologie est expliquée ici)

NB : les taux d'incidence "stabilisés" sont toujours donnés en prenant en compte une semaine de tests, quelques jours après la date, pour être sûr de disposer de tous les résultats. 

"Le taux d’incidence brut est en très légère baisse dans la région (71,8 pour 100.000 habitants contre  77,9 la semaine précédente)", analyse ce bulletin. Mais le taux d’incidence corrigé est à l’inverse légèrement en hausse (86,0). "De plus, dans certains départements, les données corrigées montrent une évolution à la hausse du taux d’incidence beaucoup plus marquée que les données non corrigées, notamment dans les Pyrénées-Atlantiques (+ 66,4 %) et en Charente-Maritime (+ 36,7 %), ainsi que dans les Landes et le Lot-et-Garonne (+ 22,2 % et + 20,1 % respectivement, alors qu’une stabilisation est observée sur les données non corrigées)."

Ce mercredi, à la sortie du conseil de défense, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal avait parlé de "signaux d'alerte" en Nouvelle-Aquitaine et en Occitanie, insistant sur une hausse de 80% du taux d'incidence dans les Pyrénées-Atlantiques, ce qui n'était pas corroboré par les chiffres disponibles. Dans la foulée, l'ARS et Santé Publique France ont tenu une conférence de presse en urgence pour préciser la situation épidémique, soulignant qu'il se passait "quelque chose", mais que c'était "prévu et prévisible", explicable par deux raisons principales : le déconfinement qui se poursuit, et le fait que la région ayant moins été touchée que d'autres, les personnes de moins de 50 ans sont moins immunisées. En revanche, la baisse des hospitalisations pour cause de Covid se confirme (voir les derniers chiffres dans l'infographie ci-dessous).

Choix de la station

À venir dansDanssecondess