Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : une circulation toujours "très active", la Creuse touchée par les variants

La circulation du coronavirus reste très active en Nouvelle-Aquitaine, explique Santé Publique France ce vendredi. La Creuse se démarque des autres départements de la région, avec un taux d'incidence qui flambe, et la présence de variants sud-africains ou brésiliens.

Les tests salivaires vont reprendre dans les écoles après leur réouverture lundi.
Les tests salivaires vont reprendre dans les écoles après leur réouverture lundi. © Maxppp - Jérémie FULLERINGER

"La circulation du SARS-CoV-2 reste très active dans la région avec un taux d’incidence qui atteint 200,6 pour 100 000 habitants et un taux de positivité en augmentation de 7,3 % " lors de la semaine 15 (celle du 12 au 18 avril), estime Santé Publique France ce vendredi, dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire. Par rapport à la semaine précédente, "iI augmente dans trois départements : en Creuse (+ 91 %, [NDLR : passant de 98 à 187,5] ), en Corrèze (+ 26 %), et en Haute-Vienne (+ 14 %)." Des chiffres à prendre avec précaution, car pendant ce troisième confinement, les gens se font généralement moins dépister. Dans tous les départements, le taux de dépistage est en baisse, "hormis en Creuse où ce taux est en augmentation (+ 30 %)". Là où la population se fait le moins dépister ? Les Landes avec 2242 tests pour 100 000 habitants.

Des variants particulièrement présents en Creuse

Pourquoi l'épidémie flambe-t-elle en Creuse ? "La forte hausse observée dans le département de la Creuse est liée à deux clusters importants sur ce territoire où le variant V2/V3 a été identifié", répond Santé Publique France. L'organisme fait référence aux clusters détectés à Ahun et dans un Ehpad d'Auzances alors que les variants sud-africains et brésiliens seraient particulièrement présents dans ce département, le moins peuplé de la région (environ quinze fois moins que la Gironde par exemple). Ces deux variants ne sont pas distingués par Santé Publique France. 

Au niveau national, on estime qu'il y a quatre départements dont plus de 10% des personnes testées positives ont été contaminées par un de ces deux variants : la Creuse (30,5%), la Haute-Saône (17,0%), la Moselle (18,5%) et les Vosges (10,2%).

Les suspicions de variants sud-africains et brésiliens en France.
Les suspicions de variants sud-africains et brésiliens en France. - Santé Publique France

Plus généralement, dans la région, le variant anglais prédomine, comme un peu partout sur le territoire français. Il représente 86,6 % des tests positifs criblés, contre 3,2 % pour les variants sud-africains et brésiliens.

Les suspicions de variant anglais en France.
Les suspicions de variant anglais en France. - Santé Publique France

Les hospitalisations restent stables

"Après la diminution observée début février, l’occupation des lits pour Covid-19 en Nouvelle-Aquitaine est stable. Parmi les patients hospitalisés, près de 60 % ont plus de 70 ans. Plus d’un tiers des patients (32,1 %) sont hospitalisés en Gironde." Ils sont 1333 en Nouvelle-Aquitaine, un chiffre stable sur les deux dernières semaines. Parmi eux, 266 étaient en réanimation ce jeudi, un chiffre comparable aux pics d'avril 2020 et de novembre (voir la courbe dans l'infographie ci-dessous).

Les chiffres de l'épidémie en Nouvelle-Aquitaine 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess