Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus en Nouvelle-Aquitaine : "Une nette diminution" de l'ensemble des indicateurs

La baisse de la circulation du Covid-19 en Nouvelle-Aquitaine est confirmée selon le bulletin épidémiologique régional hebdomadaire de Santé Publique France. Les épidémiologistes constatent "une nette diminution" de l'ensemble des indicateurs ce vendredi 4 décembre 2020.

Le nombre de personnes hospitalisées avec le diagnostic Covid-19 est en baisse dans toute la région (ici, l'hôpital Privé Francheville à Périgueux).
Le nombre de personnes hospitalisées avec le diagnostic Covid-19 est en baisse dans toute la région (ici, l'hôpital Privé Francheville à Périgueux). © Radio France - Emmanuel Claverie

Le nombre de nouveaux cas, le taux d'incidence, le taux de positivité, le taux de dépistage : tous ces indicateurs marquent le pas en Nouvelle-Aquitaine selon le bulletin épidémiologique régional de Santé Publique France ce vendredi. Voici le détail de ces chiffres.

Taux d'incidence et de positivité en recul

En semaine 48 (du 23 au 29 novembre), le taux d’incidence diminue dans toutes les classes d’âge, il est désormais en dessous du seuil d'alerte de 50 cas pour 100.000 habitants pour les 0-14 ans et les 65-74 ans. Le taux d'incidence est le nombre de nouveau cas sur sept jours glissants rapportés à 100.000 habitants. Le plus élevé reste celui observé chez les personnes âgées de 75 ans et plus pour la troisième semaine consécutive (146 / 100.000 hab.). Le taux de positivité a aussi diminué dans toutes les classes d’âge, il est désormais inférieur à 5 % chez les 65-74 ans mais reste supérieur à 10 % chez les 75 ans et plus (11,3 %).

De façon générale, ces taux d'incidence sont en baisse dans tous les départements (-28% par rapport à la semaine précédente en Nouvelle-Aquitaine) excepté en Haute-Vienne où il est resté relativement stable (de 102,5 à 100,1). Le taux de positivité a également diminué dans la quasi-totalité des départements, sauf dans les Landes et en Haute-Vienne où il est resté stable. Les départements des Pyrénées-Atlantiques, du Lot-et-Garonne et des Landes présentent les taux d’incidence départementaux les plus élevés de la région. La Charente-Maritime, la Gironde et la Dordogne affichent les taux les plus bas. Tous les chiffres par département et leur évolution sont à retrouver dans l'infographie en fin d'article. 

Le taux de dépistage poursuit également sa baisse dans tous les départements, particulièrement dans la Creuse où ce taux a fortement chuté par rapport à la semaine précédente (- 35 %). 

Des hospitalisations en baisse relative

Au 3 décembre, Santé Publique France recense 1349 personnes hospitalisées, dont 170 en réanimation. C'est la deuxième semaine consécutive de baisse depuis le début de la deuxième vague de l’épidémie de Covid-19. Parmi les patients actuellement hospitalisés, la majorité se trouve dans des établissements de Gironde, des Pyrénées-Atlantiques et de Haute-Vienne. En Gironde, la situation sanitaire est particulièrement complexe à l'hôpital de Sainte-Foy-la-Grande où un cluster a été identifié. 

134 morts en une semaine

Au 1er décembre 2020, selon le bulletin de Santé Publique France, 1323 décès avec mention de Covid-19 ont été enregistrés via la certification électronique des décès (soit 134 décès supplémentaires au cours de la dernière semaine du mois de novembre). Ces décès concernaient des hommes dans plus de la moitié des cas. Les experts relèvent par ailleurs un "excès modéré significatif observé pour la région pour la 2ème semaine consécutive avec, pour la semaine 47, 85 décès en excès (dont 72 de plus de 65 ans)". Explication de texte de l'épidémiologiste Laurent Filleul : "On a constaté une surmortalité toutes causes confondues dans la région cette semaine-là (du 16 au 22 novembre, NDLR). Nous nous basons sur les données Insee établies à partir des certificats papier." 

Deux départements sont plus particulièrement concernés, la Haute-Vienne et les Pyrénées-Atlantiques. "C'est assez logique car ce sont les deux départements qui ont été les plus touchés proportionnellement à leur population totale et cette surmortalité apparaît trois semaines après le pic épidémique. Depuis cette semaine-là, il n'y a pas de surmortalité constatée." Reste à savoir si cette tendance est liée au Covid, "c'est trop tôt pour le dire" estime Laurent Filleul. Les délais de consolidation des données de mortalité sont plus longs. Cela s'explique par la complexité de l'analyse des causes des décès, notamment en cas de comorbidité.

Les chiffres du coronavirus en infographie

Choix de la station

À venir dansDanssecondess