Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus en Pays de la Loire : face à la progression des variants, "des prochaines semaines déterminantes"

Les indicateurs liés à l'épidémie de coronavirus sont en baisse en Pays de la Loire, a expliqué l'Agence régionale de santé ce jeudi lors de son traditionnel point presse, mais la part des variants est en progression. La vaccination continue elle de s'intensifier.

L'ARS des Pays de la Loire appelle à la vigilance face aux variants du Covid-19 (illustration).
L'ARS des Pays de la Loire appelle à la vigilance face aux variants du Covid-19 (illustration). © AFP - BERTRAND GUAY / AFP

"Une course de vitesse entre la vaccination et le risque d'émergence des variants du Covid-19" : l'Agence régionale de santé des Pays de la Loire note une amélioration de la situation sanitaire dans la région mais appelle encore et toujours à la vigilance. Durant son point presse hebdomadaire ce jeudi, l'ARS a souligné que les indicateurs liés à l'épidémie de coronavirus étaient en baisse. Sur les sept derniers jours, le taux d'incidence dans notre région, c'est-à-dire le nombre de tests positifs pour 100.000 habitants, est de 118 contre près de 136 il y a une semaine.

Le taux de positivité des tests diminue également, passant à 4,6% en Pays de la Loire sur les sept derniers jours, contre 4,9% la semaine dernière. Il est le plus élevé en Sarthe et dans le Maine-et-Loire (5,3%). "On est dans une situation d'entre-deux mais beaucoup d'indicateurs semblent nous dire que ça s'améliore", indique le directeur général de l'ARS, Jean-Jacques Coiplet. Les Pays de la Loire sont la deuxième région la moins touchée en ce moment par l'épidémie de coronavirus, après la Bretagne.

Progression des variants

Mais face à ces chiffres encourageants, l'ARS appelle à la vigilance. La part des variants est en "hausse constante", insiste Jean-Jacques Coiplet. En Pays de la Loire, 60% des tests positifs subissent un nouvel examen, ce qu'on appelle un criblage, pour détecter la présence d'un variant du Covid-19. Sur ces prélèvements criblés, 37% révèlent la présence de ce variant, majoritairement anglais dans la région. 

Pour contrer ces variants, le tracing des cas contacts est renforcé, et la durée de l'isolement des personnes contaminées sera allongée à partir de lundi, passant de sept à dix jours

Les semaines qui viennent vont être déterminantes. Le variant, en peu de temps, peut devenir très virulent. - Pierre Blaise, directeur scientifique de l'ARS des Pays de la Loire

Mais les résultats sont très différents selon les départements. C'est dans le Maine-et-Loire, et en Loire-Atlantique que la présence de variants est la plus importante en Pays de la Loire, avec respectivement 44,5% et 43,7% des tests positifs témoignent de la présence d'un variant. Vient ensuite la Vendée (37,4%), puis loin derrière la Mayenne (22,8%) et la Sarthe (19%).

Autre point de vigilance : le nombre d'hospitalisations est toujours "extrêmement élevés" en Pays de la Loire. On dénombre 821 patients atteints d'une infection au Covid-19 à l'hôpital dans la région, dont 71 placés en réanimation. 

Face à une circulation importante du virus, un dépistage massif est organisé vendredi et samedi dans le quartier de Nantes Nord. Tous les habitants sont invités à se faire dépister.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

La vaccination continue de s'intensifier

Ce jeudi, l'Agence régionale de santé fait état de près de 136.000 premières vaccinations (contre 114.376 la semaine précédente), et de 56.645 deuxièmes injections. 76,6% des résidents d'Ehpad et d'USLD (unités de soins de longue durée) ont reçu une dose de vaccin contre le coronavirus, ce taux était à 69 % il y a une semaine. Mais seulement 22,9% des plus de 75 ans en a reçu une pour le moment. 

En Loire-Atlantique, 46.747 habitants ont reçu une première dose de vaccin. Ils sont 29.097 dans le Maine-et-Loire, 27.604 en Vendée, 19.079 en Sarthe et 13.244 en Mayenne.

En fin de semaine dernière, "50.000 nouveaux rendez-vous ont été ouverts pour une première injection" courant mars, rappelle l'ARS, qui espère pouvoir proposer de nouveaux rendez-vous pour le mois prochain. De nouvelles livraisons de vaccins sont attendues dans la région. "Fin mars, 40.000 doses seront livrées chaque semaine au niveau de la région", indique l'ARS. 

A partir de lundi prochain, le 22 février, des livraisons du vaccin seront envoyées directement dans les officines et seront délivrées aux médecins généralistes pour leurs patients âgés de 60 à 74 ans, souffrant de comorbidités. Chaque médecin aura environ 10 doses la première semaine, puis début mars, ils recevront entre 20 et 30 doses. 58% des médecins généralistes en Pays de la Loire se sont rapprochés de leur officine pour participer à cette campagne de vaccination.

27 classes et six établissements scolaires fermés

519 élèves et 59 personnels de l'Education nationale ont été testés positifs au Covid-19 dans l'ensemble de l'Académie de Nantes. Ce jeudi, 13 classes et deux écoles ont du fermer leurs portes en Loire-Atlantique. Dans le Maine-et-Loire, trois établissements scolaires, deux écoles et un lycée, n'accueillent plus les élèves. En Vendée, six classes et une école sont fermées. En Sarthe, on dénombre également huit classes fermées. 

D'ici plusieurs semaines, des tests salivaires vont être pratiqués dans les établissements scolaires, les universités, ou encore les Ehpad. L'ARS travaille encore avec les laboratoires pour déterminer quels sont les lieux équipés pour pratiquer ces tests.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess