Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus et confinement : de la prévention pour ce premier jour, de la répression demain

-
Par , , France Bleu Provence

À Marseille pour ce premier jour de confinement, une centaine de fonctionnaires de la police nationale étaient mobilisés pour réaliser les contrôles sur 21 points fixes dans la ville. Ils préviennent : à partir de demain, la répression va se durcir.

La police municipale de Marseille en patrouille
La police municipale de Marseille en patrouille © Radio France - Laurent Grolée

"Restez chez vous" : c'est le mot d'ordre du ministre de l'Intérieur que vous devez suivre à la lettre depuis ce mardi midi. 100.000 policiers et gendarmes ont été déployés dans tout le pays pour le faire respecter. A Marseille, ils étaient une centaine de fonctionnaires de la police nationale mobilisés pour réaliser les contrôles sur 21 points fixes dans la ville, matin midi et soir. Des contrôles mobiles sont aussi prévus. Les policiers municipaux et les gendarmes peuvent aussi les pratiquer.

135 euros d'amende pour le non-respect des mesures

Ce mardi après-midi pour les premières heures de ce confinement national, les policiers marseillais faisaient uniquement de la sensibilisation pour celles et ceux qui n’avaient pas leur attestation ou leur carte professionnelle. En revanche, dès mercredi matin, plus de tolérance : en cas de non-respect de ces dispositions une amende de 38 euros pourra vous être infligée. Elle passera très rapidement à 135 euros, le gouvernement va le proposer dans le cadre d'un projet de loi.

"On ne va plus plaisanter." - Philippe Brinsolaro, commandant du Groupe de la sécurité de proximité de Marseille

Philippe Brinsolaro, le commandant du Groupe de la sécurité de proximité de la Division centre, prévient : "On ne va plus plaisanter. On a un rôle de prévention en tout temps oui, mais l'aspect répression sera beaucoup plus présent. Il faut que les gens comprennent que les déplacements pour rien, pour le simple plaisir, sont à proscrire. Il y a vraiment un danger pour la population, une crise sanitaire.

La police est là pour occuper le terrain et répondre aux besoins d'urgence car les appels 17 et la police secours sont maintenus et même renforcés, mais également pour avoir une action efficace sur la mise en oeuvre des mesures gouvernementales. Donc oui, si c'est nécessaire, il y aura de la répression."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess