Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus et confinement : plus de 200 personnes verbalisées dans le Territoire de Belfort

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Contrôles des forces de l'ordre, situation sanitaire à l'hôpital, soutien aux entreprises... David Philot, le Préfet du Territoire de Belfort, a fait le point ce lundi sur les dispositifs mis en place dans le département pour lutter contre l'épidémie de Covid-19.

David Philot, le Préfet du Territoire de Belfort, a fait le point ce lundi sur les dispositifs mis en place (photo d'illustration)
David Philot, le Préfet du Territoire de Belfort, a fait le point ce lundi sur les dispositifs mis en place (photo d'illustration) © Maxppp - Maxppp

Confinement, jour 7. Le Préfet du Territoire de Belfort, David Philot, a tenu ce lundi après-midi un point presse téléphonique d'une demi-heure avec la presse locale. Objectif : faire le point sur les mesures mises en oeuvre dans le département pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Voici ce qu'il faut en retenir.

Mesures de confinement "respectées" 

Une semaine après la mise en place du confinement et des restrictions de déplacements, plus de 200 procès-verbaux ont été dressés dans le département par les forces de l'ordre, pour non-respect de ces mesures. "Globalement la situation est bien maîtrisée avec un bon respect par nos concitoyens des prescriptions qui leur sont faites (...) le week-end a été très calme et n'a pas posé de difficultés", a-t-il ajouté.

Un couvre-feu ?

Le Préfet envisage-t-il de mettre en place un couvre-feu, comme cela a été décidé à Mulhouse ? "A court-terme je ne l'ai pas prévu, mais je m'adapterai aux situations", précise-t-il. "Si je constate au fur et à mesure des contrôles que les arrêtés ne sont pas respectés et qu'il y a une dérive, si c'est nécessaire, je le ferai sans état d'âme".

Des respirateurs à l'hôpital

S'agissant de la situation sanitaire à l'hôpital Nord Franche-Comté, où ce lundi 64 personnes étaient prise en charge pour des cas de Covid-19, dont 16 en réanimation, le Préfet indique que "l'hôpital gère parfaitement la situation, à la fois par des réorganisations internes et par une solidarité des opérateurs privés, notamment la Clinique de la Miotte", qui a mis a disposition du matériel de respirateurs.

Selon David Philot, "il y a un vrai décalage dans le temps entre l'Alsace et la situation dans le Territoire", ce qui a permis à l'hôpital Nord Franche-Comté "de s'organiser, de doubler les capacités de prise en charge en les armant de soignants et de matériels", "donc à ce stade l'hôpital est dimensionné pour faire face", a-t-il estimé.

Des tests pour les soignants

Un laboratoire d'analyses médicales situé dans le centre-ville de Belfort, qui dispose d'une antenne à Strasbourg, est déjà "en lien avec l'hôpital" pour réaliser des tests de dépistage sur le personnel soignant. Mais "les laboratoires privés ont besoin d'avoir les réactifs, et parfois tel livreur ou tel transporteur est en arrêt, et la livraison de réactifs n'arrive pas jusqu'au laboratoire", ce qui exerce pour l'instant "une contrainte sur notre capacité à tester", indique le Préfet.

Le Ministre de la santé avait indiqué vouloir multiplier les tests dans les semaines à venir pour les personnels soignants présentant des symptômes, en particulier lorsqu'il sera mis fin au confinement. Le Préfet précise par ailleurs qu'une cellule d'urgence médico-psychologique à destination des soignants a été mise en place par l'Agence Régionale de Santé.

 Le Préfet du Territoire de Belfort, David Philot, a tenu ce lundi après-midi un point presse téléphonique d'une demi-heure avec la presse locale
Le Préfet du Territoire de Belfort, David Philot, a tenu ce lundi après-midi un point presse téléphonique d'une demi-heure avec la presse locale © Radio France - Services de la Préfecture

Des hôtels et des taxis pour les soignants

"Nous avons également mis en place la possibilité de réquisitionner des hôtels et des taxis pour les personnels soignants, mais pour l'instant il n'y a pas été fait recours", explique David Philot. "Il peut y avoir une demande qui reste à confirmer, nous avons repéré une cinquantaine de taxis mobilisables sur le département pour le personnel soignant".

Gardes d'enfants de soignants

Dès la semaine dernière, les services de l'Etat ont mis en place un dispositif d'accueil dans les écoles pour les enfants de soignants. Dans le Territoire de Belfort, "le dispositif est bien dimensionné", avec un collège, six écoles et trois crèches ouvertes "en permanence y compris le week-end".  

"Le dispositif a été mobilisé à hauteur d'une centaine de personnes en début de semaine passée" et en ce moment "il est plutôt mobilisé à hauteur d'une vingtaine d'enfants par jour". "On verra si le besoin est croissant, on est outillé pour faire face", précise le Préfet.

Les masques ont été livrés

Mercredi dernier, les pharmacies du département ont été approvisionnées en masques de protection, "par le grossiste répartiteur", ils ont été remis en priorité aux médecins. L'hôpital de Trévenans a également reçu ce week-end "une très importante livraison de masques pour le personnel soignant", rappelle le Préfet.

Un "certain nombre d'entreprises" comme General Electric ou Alstom "ont joué le jeu et ont livré des matériels par milliers, ce qui permet toujours d'alimenter la chaîne de soins". L'appel aux dons lancé par l'hôpital Nord Franche-Comté a également permis de collecter "une grande quantité de matériels, au cas où".

Les policiers du commissariat de Belfort, qui réclamaient davantage de protection, ont également reçu une dotation en masques. Ils ne les utilisent "pas de manière régulière et courante" pour les contrôles en extérieur, mais ils peuvent utiliser ces masques quand ils se retrouvent "face une personne qui tousse ou présente des symptômes".

76 demandes d'activité partielle

Les dispositifs d'activité partielle mis en place par le gouvernement en lien avec la Direccte sont "bien appropriés" dans le département : "à ce stade, il y a eu 76 demandes d'activité partielle, ce qui représente plus d'un millier de personnes", précise le Préfet.  S'agissant du volet fiscal, "une cinquantaine de demandes" ont été formulées, "ce qui va permettre de préparer quand même la reprise en ayant encore des ressources".

Le Préfet reconnaît que certains prélèvements Urssaf avaient été réglés malgré le report annoncé, mais "les problèmes ont été levés a posteriori", le temps que "le système se rôde".

Une grande partie de l’appareil productif est à l'arrêt (David Philot)

Les entreprises sont confrontées à "une tension entre l'impératif de confinement et pour autant la nécessité de maintenir une activité économique et de préparer la reprise, c'est un point d'interrogation très fort pour les chefs d'entreprises, qui cherchent le bon équilibre", a explique David Philot.

Il rappelle que le confinement prévoit des exceptions, notamment les trajets domicile-travail, "sous réserve que l'entreprise puisse s'organiser sur le plan sanitaire pour que les personnels soient protégés de tout risque vis a vis du coronavirus".

"Pour autant, beaucoup d'entreprises qui pourraient ouvrir sont fermées par mesure de précaution, parfois parce qu'un élément de la chaîne lui-même est bloqué, comme le livreur, le transporteur, le sous-traitant... ce qui fait que des cas particuliers peuvent entraîner des effets en chaîne".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu