Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus et perte d'odorat : une association ornaise a mis au point un protocole de rééducation olfactive

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

La perte de l'odorat est l'un des symptômes et des séquelles du coronavirus. Avant même l'apparition du Covid-19, l'association ornaise "Anosmie" a mis au point un protocole de rééducation olfactive. Utilisé par de nombreux médecins, son téléchargement sur internet est en forte hausse.

La perte de l'odorat est l'un des symptômes du Covid-19
La perte de l'odorat est l'un des symptômes du Covid-19 © Maxppp - .

Depuis le printemps dernier et l'apparition des premiers cas de Covid-19 en France, l'association "Anosmie" est très sollicitée. Créée par un Ornais, Jean-Michel Maillard, elle a mis au point un protocole de rééducation olfactive avec un chercheur du CNRS, spécialiste en neurosciences, Hirac Gurden. Un protocole gratuit, libre d'accès, qui est particulièrement téléchargé depuis le mois de mars. "Plus de 40.000 téléchargements" précise le fondateur de l'association, traduits notamment en anglais et en espagnol. Il est aujourd'hui utilisé par des médecins généralistes, des ORL et orthophonistes.

C'est à la suite d'un accident que Jean-Michel Maillard a totalement perdu l'odorat. "J'ai découvert l'odorat quand je l'ai perdu, témoigne le fondateur de l'association. Ce sens participe à votre quotidien en permanence, vous êtes sollicité du matin au soir par l'odeur du café, du bâton de colle qui nous rappelle le CP, l'odeur de vos proches..." Atteint d'anosmie, le nom de cette maladie, l'Ornais s'est vite rendu compte que la communauté médicale apportait peu de réponses. "Nous n'en voulons pas aux spécialistes, car il n'y a pas de solution. Mais c'est pour ça que j'ai créé l'association pour faire comprendre à tout le monde l'utilité de ce sens au quotidien dans le pays de la gastronomie, de la sensualité et du parfum."

Un travail quotidien avec des huiles essentielles

S'il n'y a pas de solutions médicales, Jean-Michel Maillard plaide pour une amélioration de la prise en charge des malades, avec des conséquences sur le moral notamment. Alors pour mieux les accompagner, après avoir effectué des recherches sur le sujet, il a mis au point un protocole de rééducation de l'odorat. "On utilise six huiles essentielles : citron, clou de girofle, eucalyptus, rose, menthe poivrée et graine de café. Vous allez essayer, à l’aveugle, de détecter les odeurs le matin et le soir, pendant cinq minutes. Des exercices à faire pendant douze semaines." Et cela a été salvateur pour Jean-Michel Maillard qui dit avoir retrouvé une dizaine d'odeurs.

"Je ne prends plus de plaisir à manger."

Alors que les fêtes de fin d'année se profilent et les repas de famille s’annoncent, Jean-Michel Maillard livre un témoignage fort : "le goût est composé en immense partie par l'odorat. Donc quand vous êtes atteint d'anosmie, vous avez l'impression de manger du carton sucré, du carton salé, du carton acide, du carton amer. On conserve les cinq saveurs, avec l'umami, qui viennent de papilles gustatives. Mais évidemment le repas, c'est un calvaire de plus."

"Mais il faut continuer à partager les repas en famille."

"Maintenant, il faut continuer à partager les repas. Vous, vous mangez pour prendre du plaisir à table. Nous, on mange parce qu'il faut manger, notre ventre le demande même si on a plus envie d'aller manger. Mais manger c'est aussi partager avec ses proches. Et puis, même si ça tombe mal en ce moment, il faut continuer à aller aux restaurants. Profiter de l'atmosphère avec ses amis et ses proches."

Interview de Jean-Michel Maillard, fondateur de l'association "Anosmie"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess