Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

VIDÉO - Et si le gouvernement misait davantage sur les chiens détecteurs de Covid-19 ?

-
Par , France Bleu RCFM, France Bleu

En visite au centre de dépistage mobile de Propriano (Corse) mercredi, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a fait la connaissance de Joyce, un chien détecteur de Covid-19. Il fait partie d'une expérimentation nationale menée notamment sur l'île, et qui intéresse le ministre de la Santé.

Joyce est capable de détecter à l'odeur des cas de Covid-19
Joyce est capable de détecter à l'odeur des cas de Covid-19 © Radio France - Stéphane Maggiolini

Le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, était en visite en Corse-du-Sud ce mercredi. Après une matinée à l'aéroport et au marché d'Ajaccio, le secrétaire d'État s'est rendu à Propriano, au centre de dépistage mobile du Covid-19. Organisée par l'Agence Régionale de Santé, l'opération attire sur deux jours près de deux cents personnes. Elles se font tester par un dépistage PCR mais mercredi, à l'occasion de la visite ministérielle, un testeur un peu particulier était dépêché sur place.

Un test plus rapide, plus efficace et moins désagréable qu'un PCR

Il s'appelle Joyce et il est arrivé de l'Oise sur ses quatre pattes en début de semaine. Ce chien est capable de détecter à l'odeur des cas de coronavirus. La méthode est simple, rapide et efficace (vidéo ci-dessous) : une compresse est placée sous chaque bras de la personne testée, après quelques minutes celles-ci sont retirées puis placées dans un bocal que le chien reniflera par la suite afin de dire si oui ou non le cas est positif au Covid-19. "Puisqu'il s'agit d'une expérimentation, chaque test canin est doublé par un test PCR", précise le colonel Bruno Maestracci, directeur du SDIS 2A.

Davantage de chiens dans les Ephad ?

Le test, réalisé en quelques minutes, a été suivi attentivement par le porte-parole du gouvernement. "C'est un test qui a prouvé son efficacité, a tel point que je réfléchis à étendre l'expérimentation aux Ephad car un chien dans un tel établissement a d'abord un avantage moral mais surtout il pourrait détecter plus rapidement d'éventuels cas chez les résidents mais aussi les visiteurs, ça me permettrait d'être plus réactive pour déclencher des tests PCR", explique la directrice générale de l'ARS Corse, Marie-Hélène Lecenne, à un Gabriel Attal réceptif. "C'est très intéressant, je savais que j'allais voir le chien et j'en ai parlé à mon collègue de la Santé - Olivier Véran - qui m'a demandé de lui faire un retour donc si vous avez des documents en plus, je prends", ajoute le secrétaire d'État.

"S'il y a une deuxième vague, il faut s'activer pour accroître le nombre de chiens testeurs"

Comme Joyce, quinze autres chiens font partie de l'expérience menée en France, notamment en Corse. "S'il y a une deuxième vague, il faut s'activer pour accroître le nombre de chiens testeurs et pour former des formateurs", dit l'un des responsables du test à Gabriel Attal. Pour qu'un chien soit capable de détecter des cas de coronavirus, la durée de sa formation est d'une quinzaine de jours.

Gabriel Attal en visite au centre mobile de Propriano : 200 personnes viennent se faire tester sur deux jours au Covid-19
Gabriel Attal en visite au centre mobile de Propriano : 200 personnes viennent se faire tester sur deux jours au Covid-19 © Radio France - Stéphane Maggiolini
Choix de la station

À venir dansDanssecondess