Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : faut-il vacciner tout le monde ? Les Marseillais sont divisés

-
Par , , France Bleu Provence

Alors que la situation sanitaire est encore très fragile, la vaccination de masse peine toujours à décoller. Le gouvernement maintient son objectif de 20 millions d'injections pour mi-mai. Dans les Bouches-du-Rhône, les habitants oscillent entre défiance et envie d'aller de l'avant.

Le stade Vélodrome est l'un des quatre centres de vaccination  contre le Covid-19 gérés par la ville de Marseille
Le stade Vélodrome est l'un des quatre centres de vaccination contre le Covid-19 gérés par la ville de Marseille © Radio France - Bruno Blanzat

"Je me sens jeune et en bonne santé, je n'ai pas l'impression que ça changerait quoi que ce soit à mon existence". Élise 28 ans n'ira pas se faire vacciner même si la vaccination s'ouvre à tous. Son amie Justine abonde : "On ne sait pas les effets sur du long terme". Cette défiance Amandine, trentenaire, ne la ressent pas : "Si je pouvais, je le ferais, à mon sens, c'est un geste à la fois citoyen et personnel". 

Philippe est lui aussi catégorique : "Aujourd'hui, la vaccination est la seule solution que l'on a pour sortir de cette crise, donc oui il faut que la majorité des gens puissent se faire vacciner dès que possible". C'est le même son de cloche du côté de Christelle, pour qui "on a déjà trop attendu un vaccin : maintenant, il est temps de le prendre pour pouvoir revivre à peu près normalement".

J'ai plus peur des conséquences de la maladie que de celles du vaccin - Fadila 55 ans

Pour Fadila 55 ans, "ça dépend. Si ce n'est pas dangereux, j’irai me faire vacciner. Mais ce n'est pas qu'on ne veuille pas se faire piquer, c'est qu'on a peur", détaille-t-elle. "J'irai si c'est ouvert à tout le monde, parce que j'ai plus peur des conséquences de la maladie que de celles du vaccin. Mais si c'est avec Astra Zeneca, je suis un peu plus réservée, je préférerais le Pfizer", explique Corrine, la cinquantaine. 

Les doutes concernant le sérum britannique se ressentent dans les centres de vaccination. Désormais dans les Bouches-du-Rhône, seul le centre de Gardanne utilise l'Astra Zeneca.

Où en est la vaccination dans les Bouches-du-Rhône ?

Jusqu'à 65.000 injections sont réalisées par semaine dans les 40 centres de vaccination des Bouches-du-Rhône. Ce sont 400.000 doses qui ont été injectées depuis janvier. Les livraisons de flacons ont triplé par rapport au début de la campagne. Le vaccin Pfizer écrase toute concurrence : le sérum du géant américain représente chez nous 85% des doses administrées, 10% pour Moderna et à peine 5% pour Astra Zeneca dont la réputation est désormais un frein à la vaccination.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess