Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : France Bleu Auxerre répond à vos questions

-
Par , France Bleu Auxerre

Vous êtes nombreux à nous poser des questions sur les conséquences du confinement sur votre quotidien. Tout au long de la crise sanitaire, nous tenterons de vous apporter les réponses que nous avons pu recueillir auprès des autorités concernées.

Masques en tissu, gels hydro alcooliques, les étals des pharmacies se vident
Masques en tissu, gels hydro alcooliques, les étals des pharmacies se vident © Radio France - francebleu

Si vous souhaitez poser des questions, laissez-nous votre message en indiquant votre prénom et votre commune par Facebook ou sur redac.bleuauxerre@radiofrance.com. Nous tenterons d'y répondre prochainement.
________________________________________________________

Maternités

Message de Lisa : "Je dois accoucher vers le 24 avril et je voulais savoir si la maternité d’Auxerre autorisait les papas à venir assister et surtout aider la maman pendant l’accouchement ? C’est notre premier enfant et cela me terrifie énormément de me retrouver seule surtout pour gérer mon angoisse et mes douleurs."

Les visites interdites dans les services des hôpitaux concernent aussi les maternités, depuis le 20 mars à Auxerre et le 25 mars à l'hôpital de Sens. Pas question de prendre de risque de contamination pour la mère et l'enfant expliquent les professionnels de santé. Le contexte est inédit, il faut prendre conscience de sa gravité. Les équipes seront encore plus aux petits soins auprès des mamans pour que tout se passe bien et pourront proposer si besoin un accompagnement psychologique précise l'hôpital de Sens.Il en est de même à l'hôpital d'Auxerre. 

La psychologue du pôle mère enfant peut rassurer en amont par téléphone la maman inquiète. Elle peut aussi venir sur place le jour J et assurer un suivi par la suite. Par ailleurs, le CHSP (centre hospitalier spécialisé en psychiatrie) met en place une cellule d'urgence médico psychologique ouverte au public pour toute question attenante à l'épidémie avec  un numéro disponible du lundi au vendredi de 9h à 17 h : le 03 86 94 38 06.

Croix-Rouge

Message de Daniel : Avec la situation que nous supportons avec ce virus, quel est le rôle de la croix rouge, ils sont où ? Leur devise c'est partout où vous avez besoin de nous"

La Croix-Rouge est plus que jamais mobilisée en cette période. Les distributions de produits alimentaires pour ses bénéficiaires se poursuivent dans le respect des règles de sécurité et d'hygiène pour les bénévoles et les bénéficiaires, dans toutes les unités locales d'Auxerre, Sens , Joigny, Migennes, Avallon , Saint-Florentin, Saint-Sauveur.

Les maraudes continuent auprès des SDF qui sont désormais  hébergés dans des hôtels par le 115. A Auxerre, précise la responsable Violette Tollot, la Croix-Rouge va déposer pour chacun, afin qu'ils ne sortent pas, des colis contenant sandwichs, fruits et produits laitiers.Par ailleurs la CR lance "la Croix-Rouge chez vous." Un système de livraison à domicile de médicaments et de produits alimentaires et un service d'écoute et de soutien psychologique. Pour toute demande il faut passer par un numéro national, le 0970 28 30 00.

Covoiturage

Message de Sébastien  : "Des informations circulent comme quoi il faudrait qu'il y ait qu'une personne par voiture . Qu'en est-il dans le cadre d'un covoiturage ?"

Le confinement stoppe le covoiturage. D'où l’appel de BlaBlaCar, le leader mondial du covoiturage. On ne sort pas, on ne circule pas, et surtout pas en groupe. Reprenant les directives gouvernementales de confinement, la plateforme de mise en relation entre automobilistes et passagers vous encourage à rester chez vous afin de prendre soin de vous et des autres. C’est le message que Nicolas Brusson, le directeur général et cofondateur, a  adressé à chaque membre. BlaBlaCar en compte 90 millions dans le monde et emploie 700 salariés. Il rappelle la nécessité de distanciation.

-
- © Maxppp - -

Espace vert

Message de Delphine : "Je travaille dans une collectivité où nous avons un agent des espaces verts. Pouvez-vous me dire s'il doit travailler ? Et si l'employeur peut le forcer à travailler ? (tonte désherbage)"

La collectivité estime peut-être qu'il s'agit là d'une mission d'intérêt général. Pour rappel, suite au passage au stade 3 de l'épidémie, le télétravail devient la norme pour tous les postes qui le permettent. Pour les autres postes, l'employeur doit garantir la sécurité de ses salariés( gestes barrières à respecter, etc). Le ministre de l'Économie et des Finances a rappelé mardi 17 mars qu'un employeur peut effectivement requérir la présence de ses salariés si le télétravail est impossible .

En revanche, un salarié qui habite avec une personne à risque ou qui est à risque lui même, peut refuser de venir travailler. Il peut aussi exercer son droit de retrait s'il démontre que les recommandations du gouvernement ne sont pas assurées par l'employeur. De son côté, l’Unep, l’Union nationale des entreprises du paysage, majoritaire dans la profession, appelle en tous cas les entreprises du paysage à tout mettre en œuvre pour faire barrage à la propagation du virus, et leur recommande de cesser leur activité sauf exception ou contrainte de travail ( pour des travaux d'élagage ou d'abattage) ou tout impératif lié à la sécurité.

-
- © Maxppp - -

Taxis

Message de Mickaël de la chambre syndicale des artisans taxi de l’Yonne."Nous transportons toute la journée des clients mais également des patients vers les hôpitaux, certains peuvent être porteur du Covid-19. Impossible d’obtenir du gel hydroalcoolique et des masques. Comment pouvons nous faire pour nous protéger également ?"  

En réponse, la préfecture de l'Yonne rappelle à ce sujet le décret du 23 mars 2020 qui prévoit les dispositions liées aux taxis : "Sans préjudice de dispositions particulières relatives au transport de malades assis, pour le transport de personnes en taxis ou voitures de transport avec chauffeur, aucun passager ne peut s'asseoir à côté du conducteur. La présence de plusieurs passagers  est admise aux places arrières. Le véhicule est en permanence aéré. Les passagers doivent emporter tous leurs déchets. Le conducteur procède au nettoyage désinfectant du véhicule au moins une fois par jour.  Le conducteur est autorisé à refuser l'accès du véhicule à une personne présentant des symptômes d'infection au Covid-19.  Les dispositions sont également applicables au transport adapté aux personnes en situation de handicap ou à mobilité réduite mentionné à l'article  L. 1111-5 du code des transports."

-
- © Maxppp - -

________________________________________________________
Si vous aussi vous souhaitez poser des questions, laissez-nous votre message en indiquant votre prénom et votre commune par Facebook ou sur redac.bleuauxerre@radiofrance.com. Nous tenterons d'y répondre prochainement.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu