Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : visite de la chambre à pression négative censée accueillir les malades

-
Par , France Bleu Azur, France Bleu

Alors que l'épidémie de Coronavirus menace les Alpes-Maritimes, France Bleu Azur vous présente la chambre à pression négative censée accueillir les patients atteints du virus. Des chambres au nombre de huit situées à l'Archet.

Deux infirmières s'équipent avec des combinaisons et double gants de protection dans une chambre à pression négative.
Deux infirmières s'équipent avec des combinaisons et double gants de protection dans une chambre à pression négative. © Maxppp - PHOTOPQR/OUEST FRANCE

L’Hôpital de Nice face à la menace Coronavirus. En cas de contamination et d'hospitalisation de patients tout est prévu pour éviter la propagation du virus dans les couloirs de l’hôpital, lieu ou plusieurs centaines de patients restent chaque jour. Notamment ces chambres à pression négative où les patients seront accueillis

Elles ressemblent à quoi ? 

Des chambres qui ressemblent à s'y méprendre aux autres chambres de l’Hôpital l'Archet.  A ceci près que l'air y est filtré et surtout la pression y est inférieure par rapport à l’extérieur. Ainsi l'air ne peut pas sortir et un virus s'y retrouve bloqué. 

Un sas avant et un sas après la chambre

Pour pénétrer dans ces chambres, le personnel doit s'équiper : sur-bottes, gants, combinaison imperméable, masques et capuches. Il faut absolument éviter qu'un postillon puisse passer dans les voies respiratoires des soignants. C'est le cas de contamination classique du Coronavirus.  Au total les médecins et infirmiers passent 10 à 15 minutes dans le sas avant de rentrer dans ces chambres.  Il en existe huit au sein du service "hôpital en tension" qui vient d'ouvrir à l'Archet en prévision d'une éventuelle épidémie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu