Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : le "sentiment d'abandon" de ceux qui œuvrent dans le champ du handicap

Francine Maragliano est représentante des usagers de la MDPH de l’Eure, structure qui s'occupe des handicapés et de la protection de l'enfance. Elle s’inquiète pour ceux qui œuvrent dans le champ du handicap et de la protection de l’enfance en raison du manque de matériel de protection.

Les enfants en situation de handicap vivent difficilement cette période de confinement liée au coronavirus
Les enfants en situation de handicap vivent difficilement cette période de confinement liée au coronavirus © Maxppp - Alexandre MARCHI

Les professionnels du handicap et de la protection de l'enfance sont inquiets. La représentante des usagers MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées) de l'Eure, Francine Maragliano, alerte sur la situation dans ces établissements. Dans cette période de confinement liée à la pandémie du coronavirus, celle qui est aussi adjointe au maire d'Evreux a déploré le manque de moyen de protection des personnels. "On a un peu le sentiment d’être abandonnés, affirme-t-elle. Ce sont des professionnels très engagés aux quotidiens. Alors oui, ils reçoivent très régulièrement des mails leur demandant d'appliquer des procédures, mais comment les appliquer quand on a pas soi-même les matériels pour appliquer les fameux gestes barrières ?"

Ces fameux équipements (gants, masques, gels hydroalcooliques) tardent en effet à arriver dans les MDPH de Normandie. "Ils arrivent au compte-goutte mais ça comme tout le monde. On voit bien cette grande difficulté dans laquelle se trouve notre pays. Le champ du handicap n'y déroge pas, indique Francine Maragliano. Ce mercredi, on a appris la distribution de 1.600 masques par le département de l'Eure. C'est une très bonne nouvelle mais en même temps on tiendra deux ou trois jours, pas plus, alors que le coronavirus arrive vraiment dans les établissements."

"Travailler au quotidien quand on n'a pas de tabliers, pas de masques... On en est arrivés à demander de la solidarité sur les réseaux sociaux, déplore-t-elle.

On a appris la distribution de 1.600 masques par le département de l'Eure. C'est une très bonne nouvelle mais en même temps on tiendra deux ou trois jours, pas plus

Dans les structures qui accueillent des enfants en situation de handicap, le confinement ou le retour dans les familles est compliqué et parfois difficilement vécu. "C'est compliqué notamment pour ceux qui des troubles du comportement (handicap psychique, cognitif, mental). Il est très difficile de leur expliquer qu'il n'est pas possible de mettre en place les routines, les repères qu'ils ont l'habitude d'utiliser tous les jours", explique-t-elle.

Pour faire face à l'angoisse, "beaucoup d'association ont mis en place un accompagnement téléphonique, des activités virtuelles", affirme Francine Maragliano. De la débrouille, puisqu'il est "très compliqué de confiner avec des procédures rigoureuses dans le champ du handicap", estime-t-elle. 

Les associations "demanderont des comptes"

Les usagers de la Maison Départementale des Personnes Handicapées de l'Eure a alerté le défenseur des droits et demandera des comptes auprès des pouvoirs publics quand la pandémie du coronavirus sera terminée. "Nous sommes dans des réseaux départementaux, régionaux et nationaux. Les associations rédigent des motions, des courrier pour alerter le Ministre. Je pense qu'elles demanderont des comptes sur la gestion et l'anticipation, affirme représentante des usagers MDPH. On voit bien que c'est une accumulation de plusieurs années où les secteurs sanitaires et médicaux social ont été un peu les parents pauvres. Ils ont été délaissés tant sur le plan matériel que sur le plan humain et la valorisation des salaires."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu