Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : hôpitaux, liaisons maritimes avec l'Italie, le préfet de Corse a fait le point sur la situation

-
Par , France Bleu RCFM

Alors que la contamination au coronavirus continue de s'aggraver en Italie, le préfet de Corse, Franck Robine, a tenu a faire un point sur les mesures en place ce lundi. Capacité opérationnelle des hôpitaux corses, liaisons maritimes avec l'Italie, mesures de précautions, RCFM vous explique tout.

Pour l'heure, il n'y a pas de mesures restrictives entre la Corse et l'Italie a annoncé le préfet de Corse.
Pour l'heure, il n'y a pas de mesures restrictives entre la Corse et l'Italie a annoncé le préfet de Corse. © Maxppp - Stéphane GUIOCHON

En seulement quelques jours, la contamination au coronavirus s'est aggravée en Italie. Le nombre de cas déclarés positifs ne cesse d'augmenter et une cinquième personne est décédée ce lundi. Le gouvernement italien a mis en place un ensemble de mesures pour lutter contre l'épidémie. La France, en lien étroit avec son voisin italien, s'attend à de nouveaux cas et met en place "toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité des Français" a déclaré le ministre de la Santé. En Corse, le préfet Franck Robine, a fait le point sur ces mesures

Le préfet de Corse, Franck Robine, entouré de deux responsables de l'ARS.
Le préfet de Corse, Franck Robine, entouré de deux responsables de l'ARS. © Radio France - Lauriane Havard

Les hôpitaux de Bastia et Ajaccio se tiennent prêts

Les centres hospitaliers de Bastia et d'Ajaccio font partie des soixante-dix hôpitaux supplémentaires, spécialement réquisitionnés pour prendre en charge d'éventuels nouveaux cas. "L'appareil sanitaire doit être pleinement opérationnel" a affirmé le préfet de région. L'ARS de Corse et la direction générale de la santé se réunissent ce lundi pour justement faire un point sur les capacités de prises en charge à Bastia et à Ajaccio (salles d'isolement, état des stocks...), et ainsi ne rien laisser au hasard. 

Ce que l'on sait pour le moment : 

  • Si une seule personne est déclarée positive au coronavirus en Corse, elle sera envoyée à la Timone à Marseille, qui est le centre de référence. Et ce par voie aérienne, en hélicoptère, transportée dans un "brancard bulle". Il s'agit d'un brancard spécial qui permet d'isoler totalement la personne contaminée.
  • S'il y a davantage de cas détectés en Corse, les autorités sanitaires préparent actuellement un dispositif particulier. Il est possible, notamment, que l'un des deux hôpitaux corses soit doté d'un matériel d'analyse spécifique pour diagnostiquer le coronavirus.

L'Agence régionale de la santé de Corse rappelle, qu'à ce stade, aucun cas de coronavirus n'a été détecté sur l'île

Pas de mesures restrictives entre la Corse et l'Italie

Comme l'a annoncé ce dimanche soir le ministre de la Santé, le préfet de Corse a rappelé qu'aucune mesure restrictive n'est pour le moment envisagée entre la France et l'Italie. "En dehors des mesures de confinement pour les zones à risques identifiées en Italie, dans le reste du pays la circulation est autorisée, donc la France a calé sa position de la même manière" explique le préfet Franck Robine. Concernant les liaisons maritimes entre la Corse et l'Italie, aucune mesure de contrôle supplémentaire n'est adoptée. "S'agissant des contrôles, comme la prise de température, il n'y a pas de stratégie sanitaire qui met en place ce type de contrôle, pas plus en Corse qu'à Roissy". Le ministère de la Santé estime que ces procédures de contrôle ne sont pas forcément efficaces pour détecter le coronavirus.

Vigilance pour ceux qui reviennent des zones à risque

Les zones à risques sont définies par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et à ce jour il y en a sept : la Chine, Singapour, la Lombardie et la Vénétie, Hong-Kong, Macao et la Corée-du-Sud. Toutes les personnes qui reviennent de ces zones doivent être extrêmement vigilantes. "Quelqu'un qui développe les symptômes du coronavirus, toux et fièvre, quatorze jours après le retour, doit s'en inquiéter et appeler le 15 sans tarder" précise Anne-Marie Mckenzie, médecin à l'ARS de Corse en charge de la veille sanitaire. Il existe également un numéro vert d'informations sur le coronavirus : 0 800 130 000.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess