Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Il faut se préparer à une reprise de l'épidémie", estime Jérôme Salomon

-
Par , France Bleu
France

Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, s'est exprimé ce mercredi dans les colonnes du Figaro. Pour lui, "il faut se préparer à une reprise de l'épidémie, voire à une deuxième vague", alors que Santé Publique France montre qu'un quart des personnes infectées restent asymptomatiques.

Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé, estime qu'il faut se préparer à une reprise de l'épidémie.
Jérôme Salomon, le directeur général de la Santé, estime qu'il faut se préparer à une reprise de l'épidémie. © Maxppp - GEOFFROY VAN DER HASSELT / POOL

C'est lui qui nous apportait les bonnes ou les moins bonnes nouvelles à la télévision pendant la crise sanitaire. Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, s'est exprimé ce mercredi dans les colonnes du Figaro sur l'hypothèse de l'apparition d'une deuxième vague de l'épidémie de coronavirus en France. 

"Nos comportements conditionnent la reprise épidémique"

Pour lui, "il faut se préparer à une reprise de l'épidémie", insistant sur le fait que le virus circulait toujours. "Nous faisons tout pour tirer toutes les leçons de la première vague et anticiper au mieux avec l'ensemble des acteurs", détaille Jérôme Salomon. Il rappelle au passage que ce sont "nos comportements qui conditionnent la reprise épidémique", il faut donc continuer de respecter les gestes barrières et les mesures d'hygiène. L'inconnue reste le comportement saisonnier du virus, s'il peut devenir virulent cet été ou cet automne.

Alors que l'on doit sortir de l'état d'urgence sanitaire ce vendredi, le directeur général de la Santé prévient qu'il sera toujours possible de "faire limiter les déplacements", si la situation se dégrade à nouveau. Mais la réponse sera adaptée à la gravité de la menace

Jérôme Salomon rappelle enfin "qu'il n'y a pas de profil type" des personnes testés positives, "le virus peut toucher tout le monde".  Actuellement, la France réalise "près de 300.000 tests PCR par semaine et en a effectué 2 millions depuis le déconfinement", ce qui permet d'avoir "un bon indicateur de l'évolution de l'épidémie".

1/4 des personnes infectées sont asymptomatiques

De son côté, Santé Publique France a publié ce mardi une étude sur les personnes infectées, qui affirme qu'un quart de ces malades sont asymptomatiques, c'est-à-dire qu'ils sont porteurs du virus mais qu'ils ne présentent pas de symptômes de la maladie. Ce sont eux qui sont les plus difficiles à détecter.

L'étude révèle également que la moitié des transmissions du virus se font avant l'apparition des premiers symptômes chez un patient, comme la toux ou la fièvre. Santé Publique France préconise donc de conserver les mesures de distanciation sociale et de porter un masque même pour les personnes non malades. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess