Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : il n'y a jamais eu autant de patients au CHU de Rennes

-
Par , France Bleu Armorique

Le CHU de Rennes accueille un nombre record de patients depuis le début de la crise sanitaire. Ils sont 147 ce mardi 30 mars. C'est la quasi saturation au CHU qui déprogramme actuellement déjà près de 25 % de ses activités de chirurgie et de médecine.

Le CHU de Rennes accueille 147 patients atteints du covid ce 30 mars 2020
Le CHU de Rennes accueille 147 patients atteints du covid ce 30 mars 2020 © Radio France - Eric Bouvet

"Nous avons dépassé le pic qu'on avait atteint lors de la deuxième vague en novembre". La directrice générale du CHU de Rennes, Véronique Anatole-Touzet est inquiète. L'hôpital compte 147 patients atteints du coronavirus ce mardi 30 mars. Ils étaient 122 au plus fort de la crise en novembre, et 98 lors de la première vague. Sur ces 147 patients, 33 sont aujourd'hui en réanimation. "C'est inquiétant parce qu'il y a une dégradation épidémique ces dernières semaines et que nous avons déjà mobilisé 80 % de nos capacités maximales que ce soit en réanimation, avec les patients covid et non covid, mais aussi en médecine" alerte Véronique Anatole-Touzet qui parle de "quasi saturation" du CHU.  

Des indicateurs alarmants pour la suite

Les indicateurs ces derniers jours ne laissent pas vraiment place à l'optimisme.  Il faut dire que les taux d'incidence explosent en Ille-et-Vilaine (265 cas pour 100 000 habitants ce lundi 29 mars) mais aussi et surtout sur le territoire de Rennes Métropole où on atteint un taux de 315 cas pour 100 000 habitants. Cela fait partie des indicateurs très alarmants pour le Dr Jean-Yves Gauvrit, le président de la commission médicale d'établissement du CHU de Rennes. "On sait qu'il y a une partie de ces cas-là qui vont être hospitalisés voire en réanimation" explique t-il en mettant en avant également le nombre croissant d'appels au SAMU ces derniers jours, "on sait que ça va avoir un impact dans les jours qui viennent". 

25% des activités déprogrammées

Le CHU doit déprogrammer 25 % en moyenne des activités en chirurgie et en médecine aujourd'hui mais il y a "jusqu'à 30 à 35% de déprogrammation dans certaines activités" précise la directrice du CHU. Toutes les opérations urgentes sont évidemment assurées mais depuis le mois de février, l'hôpital a dû notamment fermer sept salles de blocs opératoires pour pouvoir mobiliser 83 lits de réanimation et du personnel médical et paramédical supplémentaire. En médecine, le nombre de lits mobilisés a atteint ce mardi 30 mars son plus haut niveau jamais atteint avec l'accueil de 88 patients pour une capacité maximale de 110. Certains services ont du être réaménagés pour accueillir tous ces malades. 

L'appel à l'aide la directrice

Véronique Anatole-Touzet souhaite une "solidarité territoriale renforcée". Le CHU a pu compter sur le soutien d'autres services de réanimation publics de la région, il a reçu aussi quelques renforts notamment en personnel de la part d'établissements privés mais ça ne suffit plus. "Il y a un besoin d'une plus forte solidarité, d'une répartition plus équilibrée de manière à pouvoir préserver les missions spécifiques du CHU au service de la région" explique t-elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess