Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus: "Il y a plus de 200 patients en réanimation dans les Hauts-de-France"

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu Picardie

Dès ce week-end, le couvre-feu sera généralisé à tout le Nord, le Pas-de-Calais et dans l'Oise. C'est l'une des annonces du Premier ministre jeudi soir à cause de la dégradation de la situation sanitaire. Une mesure jusitifiée selon Benoît Vallet, le directeur de l'ARS des Hauts-de-France.

Il y a actuellement plus de 200 patients en réanimation dans les Hauts-de-France
Il y a actuellement plus de 200 patients en réanimation dans les Hauts-de-France © Radio France - Benoît Dequevauviller

Le couvre-feu est désormais généralisé à tout le Nord, le Pas de Calais et l'Oise. C'est l'une des mesures annoncées jeudi par le Premier ministre pour lutter contre la deuxième vague de coronavirus.  Une mesure qui s'imposait selon Benoît Vallet, le directeur général de l'Agence régionale de santé des Hauts-de-France.

« Aujourd'hui nous sommes à plus de 200 patients en réanimation dans les Hauts-de-France, et nous étions à cette situation le 25 ou le 26 mars, lors de la première vague, à une semaine du confinement », a expliqué le professeur ce vendredi sur France Bleu  Nord.  « On voit que nous sommes dans une tension de nos lits très importante et qui suppose de la vigilance, le respect des gestes barrières et du couvre-feu », a-t-il ajouté. 

Précisons que 246 patients sont en réanimation dans les hopitaux de la région au jeudi 22 octobre, selon les chiffres de Santé Publique France. Il faut remonter au 25 mars précisément pour retrouver un chiffre simiaire. 247 patients étaient alors en réanimation. Deux semaines plus tard, le 9 avril, l'épidémie de Covid-19 atteignait son pic avec 580 patients en réanimation dans les hopitaux de la région. 

"Nous devons réussir le couvre-feu"

« Si une amélioration n'était pas enregistrée, il faudrait renforcer les mesures, notamment le week-end », prévient le directeur de l'ARS des Hauts-de-France. « Le confinement a été évoqué, vous le savez. Ce sera certainement le dernier rempart par rapport au virus. Nous devons véritablement réussir le couvre-feu qui permet la vie sociale dans la journée », insiste-t-il. 

Dans la métropole lilloiise, c'est à Roubaix et Tourcoing que le taux d'incidence pour 100.000 habitants est plus élevé. Ce qui veut dire que la circulation du virus est très importante dans ces deux villes. Ce n'est pas une surprise pour Benoît Vallet : « Roubaix et Tourcoing sont très densément peuplés. La proximité favorise ces contagions ». D'où l'importance de respecter les gestes barrières : porter le masque, se laver les main régulièrement et la distanciation sociale. 

Le plan blanc activité dans la région

Le plan blanc a été activité ce jeudi 22 octobre dans les Hauts-de-France. « Cela donne la possibilité de déprogrammer des opérations, le fait de pouvoir rappeller du personnel, ce qui est toujours difficile en cette période de vacances, et de transformer des lits de certains spécialités en lits pour accueillir des patients covid », a justifié le directeur de l'ARS.

« Les ressources humaines sont vraiment en tensions ». a souligné Benoit Vallet. Voilà pourquoi des soignants supplémentaires ont été recrutés. Une plateforme nationale a été mise en place pour trouver du personnel soignant en renfort.  Le directeur de l'ARS des Hauts-de-France précise que la fin de la formation des infirmiers anesthésistes de la région lilloise et d'Amiens pour deux mois afin qu'ils puissent venir en renfort dans les hopitaux de la région.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess