Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Il y a une perte des mesures barrières", alerte le président du Conseil scientifique

-
Par , France Bleu
France

Le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, interrogé sur franceinfo ce jeudi craint l'arrivée d'une seconde vague de l'épidémie de coronavirus cet automne. Il s'inquiète également pour les Français, qui ont "abandonné les gestes barrières" alors que le virus "est toujours là".

Jean-François Delfraissy craint une seconde vague de l'épidémie de Covid-19 cet automne.
Jean-François Delfraissy craint une seconde vague de l'épidémie de Covid-19 cet automne. © Maxppp - Jérémie FULLERINGER

Le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy, invité de franceinfo ce jeudi matin, déplore l'abandon "des mesures barrières" et s'inquiète de l'arrivée d'une seconde vague de l'épidémie de coronavirus cet automne. Sa mission au Conseil scientifique vient d'être prolongée par l'Assemblée nationale jusqu'à l'automne prochain alors qu'elle devait se terminer ce vendredi avec la sortie de l'état d'urgence sanitaire. 

"J’ai l'impression que tout est en train de se perdre beaucoup trop vite" alors que "rien n'est gagné encore", a-t-il affirmé. Selon lui, les Français doivent "prendre conscience" que le virus "est toujours là" et qu’il est en train de "circuler à bas bruit".

"Nous sommes à la merci d'un rassemblement de plusieurs super-contaminateurs"

Jean-François Delfraissy n’est en revanche pas favorable au fait de rendre obligatoire le masque dans tous les lieux fermés, car le "ras-le-bol" des citoyens face à ces mesures contraignantes est aussi une "forme de risque", explique-t-il.

Le virus est toujours là, il est en train de circuler à bas bruit

"Est-ce que ce relâchement va avoir des conséquences ?" questionne Jean-François Delfraissy qui répond que "nous sommes à la merci d'un rassemblement où il y aurait _un ou plusieurs 'super-contaminateurs', qui peuvent infecter jusqu'à 50, 100 personnes_, comme cela fut le cas à Mulhouse en février." Il conseille donc de continuer de respecter au maximum les gestes barrières.

Retour du virus probablement en octobre 

"Un risque de deuxième vague non négligeable à l’automne", s'inquiète le président du Conseil scientifique. Après l'apparition de nouveaux foyers de contamination en France et notamment six en Mayenne, où le nombre de cas a été multiplié par quatre en deux semaines, Jean-François Delfraissy rappelle tout de même qu'en France la circulation du virus est en grande partie contrôlée

"Il y a autour de 500 nouvelles contaminations par jour au niveau national, probablement le double, parce qu'il y a une partie des gens qui ont des petits symptômes qui ne se font pas dépister", conclu le président du Conseil scientifique, en référence aux cas asymptomatiques, qui représentent un quart des personnes infectées par le virus selon une étude de Santé Publique France.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess