Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : JO 2020

Coronavirus : les JO de Tokyo officiellement reportés "au plus tard à l'été 2021"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu

Le Comité International Olympique (CIO) a annoncé ce mardi avoir officiellement reporté les JO de Tokyo 2020 en raison de la pandémie de coronavirus. Les Jeux Olympiques auront lieu "au plus tard à l'été 2021" au Japon.

Un homme portant un masque pour lutter contre le coronavirus devant une affiche des JO de Tokyo
Un homme portant un masque pour lutter contre le coronavirus devant une affiche des JO de Tokyo © AFP - Mladen ANTONOV

C'était dans l'air, c'est désormais officiel. Les Jeux Olympiques de Tokyo prévus initialement du 24 juillet au 9 août 2020 ont été reportés "au plus tard à l'été 2021" en raison de la pandémie de coronavirus, a annoncé mardi le Comité international olympique (CIO).

Le Premier ministre du Japon Shinzo Abe a demandé mardi au président du CIO Thomas Bach, avec lequel il s'est entretenu au téléphone, de repousser l'événement d'un an. Le CIO a pleinement accepté cette décision.

Ces Jeux seront le témoignage de la défaite du virus face à l'humanité — Shinzo Abe, Premier ministre du Japon

"Dans les circonstances actuelles et sur la base des informations fournies aujourd'hui (mardi) par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), le président du CIO et le Premier ministre du Japon ont conclu que les Jeux olympiques de Tokyo doivent être reprogrammés après 2020 et au plus tard à l'été 2021, afin de sauvegarder la santé des sportifs et tous ceux impliqués dans les JO ainsi que la communauté internationale", a annoncé le CIO dans un communiqué.

Décision inévitable

Les voix s'étaient multipliées ces dernières heures pour évoquer ce scénario alors que les JO étaient prévus cet été du 24 juillet au 9 août 2020 et que les Jeux Paralympiques devaient se tenir du 25 août au 6 septembre 2020.

“Vu la gravité de la crise sanitaire, c’est une position de sagesse”, a réagi Denis Masseglia, le président du Comité national olympique et sportif français, sur franceinfo.

Les autorités japonaises et le CIO ont été longtemps réticents à envisager officiellement de modifier le calendrier des JO. Mais la pression d'athlètes, puis de fédérations sportives nationales et internationales, devenait de jour en jour plus forte avec la propagation inexorable du coronavirus, apparu en Chine fin 2019 et qui sévit désormais massivement ailleurs dans le monde, notamment en Europe.

Ces Jeux seront "le témoignage de la défaite du virus" face à l'humanité, a lancé mardi le Premier ministre japonais Shinzo Abe.

La gouverneure de la capitale japonaise, Yuriko Koike, a de son côté précisé que les Jeux s'appelleront toujours Tokyo 2020.

Premier report des JO en période de paix

Après l'annonce de cette décision, le relais de la flamme olympique - qui devait s'élancer jeudi de la région de Fukushima - a été repoussé.

Depuis la première édition en 1896, c'est la première fois dans l'histoire de l'olympisme moderne que des Jeux sont reportés en temps de paix. 

Trois éditions ont été annulées en raison des guerres mondiales (1916, 1940 et 1944).

Casse-tête pour le Japon

Ce report est un casse-tête logistique pour le Japon, qui a déjà investi plus de 12 milliards de dollars dans l'organisation de l'événement. Mais un sondage a montré qu'environ 70% des Japonais étaient favorables à un report.

Il va aussi perturber les plans des équipementiers, des sponsors et des annonceurs pour lesquels les enjeux financiers sont considérables.

Pour le CIO, "les conséquences financières ne sont pas la priorité, il s'agit de protéger des vies".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess