Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus : journal d'un médecin

Coronavirus - Journal d'un médecin : "Le jour du déconfinement, un de nos soignants est touché par le Covid"

- Mis à jour le -
Par , France Bleu, France Bleu Touraine

Le professeur Louis Bernard est infectiologue, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Tours, ancien chef de clinique à Paris. Il livre tous les matins à France Bleu ses pensées sur la crise sanitaire due au coronavirus, à laquelle il est confronté dans son hôpital.

Dans un service de réanimation, fin avril.
Dans un service de réanimation, fin avril. © AFP - Julie Limont/Hans Lucas

Louis Bernard est en première ligne dans la lutte contre l'épidémie de coronavirus. Infectiologue, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Tours, ancien chef de clinique à Paris, il livre tous les matins au réveil son témoignage sur la crise sanitaire à laquelle il est confronté. Il revient sur des histoires individuelles*, réfléchit à la gestion de la crise, confie ses questionnements intimes. C'est son journal de bord, à retrouver tous les jours sur francebleu.fr.

Les urgences se remplissent à nouveau 

Les directives ne sont pas simples. L’ajustement est de rigueur. Voilà deux mois que le premier patient est arrivé dans notre service. Nous étions au cœur de l’épidémie, puis en préparation de l’après, du très attendu déconfinement.

Mais une étrange impression de revivre l’histoire à l’envers apparaît, et l’après reprend un drôle de goût d’avant. Les urgences se remplissent à nouveau, une dizaine de patients sont en attente de résultats, et comme aux premiers jours de l’épidémie, le tri recommence : Covid certain, Covid suspect, Covid possible. Covid à la folie sûrement, passionnément certainement pas, et espérons un jour plus du tout.

Il nous faut encore nous adapter aux nouvelles directives, et surtout croire en celles-ci. Le confinement a fonctionné, il a évité de nombreux cas, épargné des vies et désengorgé l’hôpital. Nous avons fait de notre mieux sans traitement vraiment actif, hormis la patience alimentée d’oxygène. Nous commençons l’après, imprévisible. 

"Nous voilà tous devenus brutalement des cas suspects"

Triste coïncidence, le jour du déconfinement, un membre de notre équipe soignante est touché par le Covid. Son infection a été méconnue pendant quelques jours, et nous voilà tous devenus brutalement des cas suspects. Après des semaines de confinement rigoureux du service infectiologie, Covid, tu as joué autrement : le risque n’est pas venu du patient, il est apparu parmi les soignants.

"Tout semblait maîtrisé, mais Covid, tu as rejailli sournoisement"

La brigade hospitalière se met en route : dépistages des collègues contacts, discussions de couloir sur les recommandations, incertitude sur notre prise en charge, angoisse en attendant les résultats. Covid, quelle injustice, quel irrespect vis-à-vis de ceux qui te combattent ! 

Pourtant, toutes les procédures étaient écrites, tout semblait maîtrisé, mais Covid, tu as rejailli sournoisement. Ne t’inquiète pas, nous allons à nouveau apprendre à expérimenter pour te vaincre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess