Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus : journal d'un médecin

Coronavirus - Journal d'un médecin : "Un moment volé à la folie du Covid"

-
Par , France Bleu, France Bleu Touraine

Le professeur Louis Bernard est infectiologue, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Tours, ancien chef de clinique à Paris. Il livre tous les matins à France Bleu ses pensées sur la crise sanitaire due au coronavirus, à laquelle il est confronté dans son hôpital.

Consultation médicale (image d'illustration)
Consultation médicale (image d'illustration) © Maxppp - Stéphanie Para

Louis Bernard est en première ligne dans la lutte contre l'épidémie de coronavirus. Infectiologue, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Tours, ancien chef de clinique à Paris, il livre tous les matins au réveil son témoignage sur la crise sanitaire à laquelle il est confronté. Il revient sur des histoires individuelles*, réfléchit à la gestion de la crise, confie ses questionnements intimes. C'est son journal de bord, à retrouver tous les jours sur francebleu.fr.

Une urgence chasse l’autre

La télé consultation de Monsieur Paul était prévue début avril. Une rencontre virtuelle avec un patient, imposée par le confinement. Le contact physique de l’examen nous est interdit. Impossible de palper, de toucher, de sentir la sécheresse ou la moiteur de la peau, de remarquer une pâleur, une rougeur, bref tous les éléments indispensables permettant de progresser pour poser un diagnostic. Monsieur Paul attend mon appel depuis deux semaines. Deux semaines que je n’ai pas vu passer tellement les journées ont été chargées, les nuits courtes. Un marathon dont on ne voyait pas le bout.

Je n’ai pas oublié Monsieur Paul. Mais en ce moment, une urgence chasse l’autre

Enfin, aujourd’hui je trouve le temps pour l’appeler. Il décroche à la première sonnerie. Un jour, Monsieur Paul a raconté sa vie. Un peu. Des mots pudiques glissés doucement pendant une conversation avec Carole notre psychologue. Monsieur Paul, 35 ans, vient de Guinée. Réfugié politique. Lentement, il explique le viol dont il a été victime. La mort de son épouse. La disparition de ses enfants. Son regard, ses yeux humides, reflètent la tristesse, la peur, la douleur.

"À cet instant je me demande qui est le médecin"

Au bout du fil, je reconnais immédiatement la voix de Monsieur Paul. Je le suis depuis trois ans. Allez, une dizaine de minutes pour faire le point et renouveler son ordonnance. Rien ne se passe comme je l’imaginais. Monsieur Paul ne dit rien sur lui mais m’interroge, s’inquiète pour moi, pour ma famille. Monsieur le Professeur ce virus peut vous faire beaucoup de mal. Soyez prudents dans votre hôpital.

Un moment volé à la folie du Covid

Monsieur Paul poursuit, il évoque la situation en Afrique, les relations internationales, le climat de guerre et de violences contre les peuples oubliés. Brusquement, il me demande mon avis. Nous échangeons comme nous le ferions tranquillement installés un soir de printemps. À bavarder comme deux vieux amis. Un moment volé à la folie du Covid.

Monsieur Paul ne se plaint pas. Il m’affirme que tout va bien. Il m’écoute. À cet instant je me demande qui est le médecin.

* Les prénoms sont systématiquement modifiés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess