Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus : journal d'un médecin

Coronavirus - Journal d'un médecin : "On y pense sans cesse, au point de s’épier soi-même en permanence"

-
Par , France Bleu, France Bleu Touraine

Le professeur Louis Bernard est infectiologue, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Tours, ancien chef de clinique à Paris. Il livre tous les matins à France Bleu ses pensées sur la crise sanitaire due au coronavirus, à laquelle il est confronté dans son hôpital.

Des soignants luttant contre l'épidémie de coronavirus.
Des soignants luttant contre l'épidémie de coronavirus. © AFP - THOMAS COEX

Louis Bernard est en première ligne dans la lutte contre l'épidémie de coronavirus. Infectiologue, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Tours, ancien chef de clinique à Paris, il livre tous les matins au réveil son témoignage sur la crise sanitaire à laquelle il est confronté. Il revient sur des histoires individuelles*, réfléchit à la gestion de la crise, confie ses questionnements intimes. C'est son journal de bord, à retrouver tous les jours sur francebleu.fr.

Tout n'est pas Covid, c'est peut-être un paludisme

"Il est 3 heures du matin. Je suis d’astreinte. Le SAMU me téléphone. C’est le brouillard. Malgré une très forte carence en sommeil, je me réveille. A l’écoute. Drôle d’appel. Brumeux parce qu’il me faut un peu de temps pour retrouver la concentration. 

Monsieur E, 35 ans, rentre d’Afrique. Il réside depuis quatre jours dans un hôtel de la ville. Le veilleur de nuit appelle les secours parce que son client est confus, fébrile. Le médecin du SAMU pense au corona. Qu’est-ce que c’est que cette histoire ! Monsieur E doit être hospitalisé dans mon service. Mais, bon sang, c’est peut-être un paludisme.

Un nez qui coule un peu, une légère douleur articulaire, suffisent à craindre d’être à son tour touché

Je dois me lever, ces alertes au cœur de la nuit sont toujours bizarres. Irréelles. Quelques secondes avant d’être complètement disponible. Mais c’est aussi une obligation, une nécessité, une passion qui vous sortent du lit et du sommeil. Je ne peux pas laisser Yann seul. Il vient de débuter son internat. Dans les pires conditions. En m’habillant je m’efforce de remettre de l’ordre dans mes pensées. Tout n’est pas Covid. 

Dans l’immédiat, retrouver de la concentration me permet de réfléchir d’abord à la première urgence : ne faire aucune faute d’hygiène. Éviter à tout prix la contamination. On y pense sans cesse. Au point de s’épier soi-même en permanence. Un nez qui coule un peu, une légère douleur articulaire, suffisent à s’inquiéter, à craindre d’être à son tour touché, fauché peut-être. 

Si c'est un paludisme, au moins on a un traitement

Allez, debout. Allons voir ce qu’il se passe. Et puis, si c’est un paludisme, au moins on a un traitement. La fameuse chloroquine."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess